La CGE signe avec Najat Vallaud-Belkacem, la CPU et la Cdefi un protocole pour une démocratisation exigeante


Représentée par Francis Jouanjean, Délégué général, la CGE a signé le 21 mars 2017 à Sciences Po Lille le "Protocole pour une démocratisation exigeante et ambitieuse de l’accès à l’enseignement supérieur"

Le déterminisme social français crée encore un frein puissant à la démocratisation de l’enseignement supérieur.
Les effectifs d’étudiants dans l’enseignement supérieur n’ont jamais été aussi élevés. Cette augmentation massive (il y a plus de deux fois plus d’étudiants en 2015 qu’en 1980) a touché tous les secteurs de l’enseignement supérieur, aussi bien les universités que les grandes écoles ou les formations portées par les lycées.
Mais derrière ce réel progrès se cachent plusieurs écueils majeurs :
- Les enfants de cadres ont un taux de diplomation de l’enseignement supérieur plus de deux fois supérieur à celui des enfants d’ouvriers et d’employés.
L’autocensure chez les élèves est d’autant plus forte dans les milieux modestes dont l’accès à l’enseignement supérieur stagne depuis une dizaine d’années. De même, l’entrée dans l’enseignement supérieur n’est pas encore une évidence pour les bacheliers professionnels, et pour certains, c’est encore un saut trop important...

Lire le protocole

 


> Liste des actualités