Changement climatique : fin de l'humanité ou début d'une nouvelle ère ? - CGE

Changement climatique : fin de l’humanité ou début d’une nouvelle ère ?

Cop21. COP22, Cop 23, l’ESR durablement au cœur des enjeux climat

La COP221 n’a pas eu l’ampleur politique et, au moins dans une France focalisée sur d’autres enjeux, l’impact médiatique de la COP 21 qui s’était tenue au Bourget en décembre 2015 et qui a débouché sur « l’Accord de Paris ».

Les résultats auraient pu, comme toujours dans ces grandes conférences multilatérales, être plus significatifs, mais des succès sont à souligner. D’autant plus que si la ratification admirablement rapide de l’Accord de Paris avait généré une certaine euphorie, l’élection présidentielle américaine et l’arrivée à la tête d’un des 2 premiers états émetteurs de gaz à effet de serre d’un climato-sceptique assumé avaient placé l’ouverture de cette COP 22 sous d’inquiétants auspices.

La conférence, remarquablement organisée par le Maroc, a montré l’engagement de l’Afrique, continent du XXIé siècle sur les enjeux du climat. Comme à Paris, la société civile était mobilisée sur le lieu même de la conférence pour inspirer les négociateurs officiels. Tous ces acteurs « non étatiques » étaient focalisés sur un « agenda des solutions  » visant à changer les modes de production et de consommation, à réduire les impacts environnementaux et à faciliter l’adaptation au changement climatique. Et l’éducation au développement durable a eu une place reconnue au sein de la COP 22, avec une journée dédiée, le 14 novembre, organisée sous l’égide l’Unesco.

Cette approche est fondamentale : les traités internationaux seront impuissants à endiguer le changement climatique et à préparer les nécessaires adaptations aux dégradations déjà inéluctables sans une éducation, à tous les niveaux et à tous les âges, appuyée sur la recherche, indispensable pour lutter contre le climato-scepticisme, pour changer les comportements, pour transformer les modèles économiques et inspirer l’indispensable innovation.

La CGE était naturellement partie à cette journée de l’Éducation au Développement Durable. Avec ses partenaires, en premier lieu le RéUniFEDD (Réseau Universitaire pour la Formation et l’Education au Développement Durable ) qui a piloté l’ensemble des actions, elle a participé à la rédaction de l’Appel de Marrakech de la Communauté éducative francophone – « PAS DE TRANSITION SANS EDUCATION » et elle a présenté dans des séminaires et conférences de partage international des expériences les dispositifs et outils mis en place pour accompagner la démarche des Grandes Ecoles :  (ex « plan vert »), guide de compétences DD & RS, site contributif ESRresponsable.org , Sustainability Literacy Test ( Sulitest) que la CGE accompagne et promeut depuis sa création.
Cette présence à Marrakech a pu s’appuyer sur les travaux de l’Assemblée annuelle des responsables Développement Durable & Responsabilité Sociétale de la CPU et la CGE, tenue quelques jours auparavant. Notre assemblée a notamment tracé les perspectives de travail de notre commission Développement Durable, en les plaçant sous le cadre global de la contribution des Grandes Ecoles aux 17 Objectifs du Développement du Durable (ODD), feuille de route pour les 15 prochaines années adoptée par les Nations-Unies en septembre 2015. La lutte contre le changement climatique et l’éducation de qualité sont 2 ODD spécifiques mais ils contribuent à tous les autres, tout comme le 17eme « développer des partenariats pour atteindre les 16 autres objectifs » dans lequel nous nous inscrivons pleinement, car seul un effort collectif et partenarial permettra de relever ces défis !

1Conference of Parties : 22ème conférence des parties à la Convention Cadre des Nations-Unies sur le Changement Climatique

Denis Guibard
Président de la commission
Développement Durable et RS de la CGE
Directeur de Télécom École de Management

A propos de Denis Guibard

Denis Guibard a débuté sa carrière dans la R&D au CNET (Centre national d’études des télécommunications) dans le domaine des télécommunications spatiales puis du pilotage stratégique de la recherche. Il a poursuivi son parcours au sein de France Télécom et d’Orange, où il a notamment été directeur du développement au sein de la division Marketing Grand Public et Directeur de l’innovation et des nouveaux écosystèmes.
Il a également dirigé la conception et le déploiement du réseau paneuropéen en fibre optique de France Télécom et participé au lancement du premier laboratoire de France Télécom à l’étranger (Silicon Valley en 1996) et à la création d’Orange TV en 2003. Il s’est et s’est beaucoup investi dans le développement économique et social des pays africains grâce au numérique.
Denis Guibard était depuis 2008 Directeur du Développement Durable pour les produits et services du Groupe Orange, faisant du développement durable un levier de création de valeur et d’innovation pour l’opérateur et ses parties prenantes. En décembre 2014, il a pris la direction de Télécom Ecole de Management, la business school de l’Institut Mines-Télécom.
Denis Guibard est diplômé de l’École polytechnique, de l’École nationale Supérieure des Télécommunications et de la Sloan School of Management (MIT). Il est vice-président du Collège des Directeurs du Développement Durable, administrateur du Comité 21 et président de la commission Développement durable et Responsabilité sociétale de la Conférence des grandes écoles.

 

Télécom École de Management (ex INT Management) est une grande école de commerce publique dirigée par Denis Guibard, créée en 1979 et sous tutelle du ministère de l’Économie et des finances. Depuis 30 ans, elle est reconnue pour sa double expertise dans les sciences du management et les technologies de l’information et de la communication (TIC).
École de management de l’Institut Mines-Télécom, groupe leader qui réunit les écoles d’ingénieur des télécommunications françaises, elle partage depuis sa création son campus avec Télécom SudParis, sa jumelle ingénieure : une proximité unique en France.

X
X