Une école d’ingénieur qui a su adapter son cursus au besoin de l’apprentissage et des entreprises - CGE

Une école d’ingénieur qui a su adapter son cursus au besoin de l’apprentissage et des entreprises

Des formations par apprentissage, une contribution essentielle à une vallée inconnue et innovante de Haute-Marne autour de l’UTT-Nogent, l’antenne locale d’une école d’ingénieur publique, Université de technologie de Troyes

Des PME et des ETI technologiques performantes qui s’exportent.

Un territoire et ses acteurs engagés à soutenir ce tissu économique atypique qui a su transformer son savoir-faire historique de forge et de coutellerie en fer de lance économique.

Une école d’ingénieur qui a su adapter son cursus ingénieur en matériaux et mécanique au besoin de l’apprentissage et des entreprises.

Une équation gagnante qui pourrait servir de modèle à d’autres écoles et territoires ?

 

Depuis 2011 l’UTT est présente à Nogent en Haute Marne. Elle y forme des ingénieurs et des techniciens supérieurs (licences professionnelles) en mécanique et matériaux par alternance, avec un adossement aux équipes de recherche de l’UTT à Troyes et au laboratoire de Recherche Correspondant du CEA présent à Nogent, dédié à l’ingénierie des surfaces. Avec un objectif : former et développer de nouveaux matériaux et procédés pour l’industrie.

Ainsi, 105 étudiants sont en formation aujourd’hui et 110 diplômés ont déjà été formés sur ce site.

David Biguet, Président du cluster d’entreprises Nogentech, le plus grand de ce type dans la région Grand-Est, raconte : « c’est grâce à une poignée de gaulois non conformistes, combatifs et un peu fous que ce complexe exceptionnel, composé chronologiquement d’un expert, le CRITT, d’une école, l’UTT et de ses laboratoires, d’une pépinière, le tout dans une petite ville d’environ 4000 habitants est une telle réussite. »

Cette réalisation, comme sa pérennité, n’aurait pas vu le jour sans le soutien et les financements du CD52 et du GIP 52, aux côtés de ceux de l’ex région champagne Ardenne et de l’Etat.

Ce projet a pu se développer grâce au soutien constant de partenaires industriels. En effet, le territoire a su, grâce à des entreprises courageuses et volontaires, notamment les Forges de Courcelles, les Forges de Bologne, Marle mais aussi  LISI, AESCULAP… prolonger et renouveler un savoir-faire ancien dans les domaines de la métallurgie, leur permettant ainsi de devenir leaders au niveau européen et même mondial dans le médical, l’automobile, et l’aéronautique.

Si le soutien de ces partenaires se poursuit, c’est probablement parce que l’écosystème ainsi construit répond au cahier des charges initial : fournir à l’industrie régionale des ingénieurs et les soutiens techniques dont elle a besoin. De fait, l’UTT s’inscrit dans une démarche qui associe formation en alternance, recherche et transfert de technologie, sur les thématiques qui intéressent ses partenaires.

Le succès flagrant de ces formations impose la Haute-Marne comme un territoire d’excellence dans le domaine de la formation professionnelle puisque, en cette rentrée 2017, 40% des alternants de l’antenne UTT de Nogent sont formés par des entreprises de la région Grand Est dont 30% en Haute-Marne.

D’après David Biguet, Directeur de Biotech Ortho Nogent, « l’alternant apporte plus que du mouvement dans les entreprises, il casse les rites, les usages, et change les thèmes des discussions, il ne reste pas dans sa fonction, mais déborde des sujets, veut comprendre le système dans sa globalité, parfois avec un détachement déstabilisant. »

« Ces jeunes apportent aussi de l’innovation aux entreprises qui les forment car posent beaucoup de questions qui perturbent les « savants » ou les « sachants », les salariés étant parfois un peu « installés » dans leurs certitudes», poursuit-il.

Ainsi, l’UTT et l’ensemble de ses partenaires construisent un écosystème technologique de nature à renforcer le développement économique du territoire.

« Nous avons d’ailleurs des projets pour développer encore notre offre de formation d’ingénieurs par apprentissage, et le Président de la région Grand-Est sait que nous sommes en relation avec ses services pour documenter le sujet. Nous nous fondons pour cela sur la bonne réception de nos premiers diplômés, dont 20% sont en CDI en Haute Marne et 50% ont eu une offre d’embauche par l’entreprise qui les avait accueillis en apprentissage » renchérit Frédéric Sanchette, responsable de l’antenne UTT de Nogent.

Christine Guillemy, deuxième vice-présidente à la région en charge de la formation initiale, des lycées et de l’apprentissage soutient Nogent et son antenne UTT, située à une vingtaine de kilomètres de Chaumont, ville dont elle est maire : « notre nouvelle région Grand Est compte près d’un million de jeunes de 15 à 29 ans, elle a donc placé la jeunesse au cœur de sa politique en développant pour elle une stratégie spécifique, consciente qu’elle représente l’avenir social, économique et démographique de notre territoire et qu’elle contribue à son dynamisme et à son attractivité. Dans ce cadre, notre Région entend donner une place prégnante à l’apprentissage en sensibilisant les jeunes et leurs familles aux formations et métiers de cette voie d’excellence vers la qualification. »

Cette expérience devrait pouvoir inspirer la réforme de l’apprentissage en cours et revaloriser l’alternance, très reconnue en Allemagne mais encore mal reconnue en France.

Frédéric Sanchette,
responsable de l’antenne UTT de Nogent 52

X
X