Jean-Michel Viot, directeur général du groupe Icam (Groupe d'écoles d'ingénieurs) - CGE

Jean-Michel Viot, directeur général du groupe Icam (Groupe d’écoles d’ingénieurs)

Né en 1960, diplômé de l’Icam en 1983, cofondateur en 1985 de la société Proges-Plus (secteur de l’informatique et du conseil), directeur du site Icam de Lille de 2000 à 2005, directeur général du Groupe Icam depuis 2005.

CGE : Quel est votre bilan de l’évolution de l’Icam depuis 10 ans et les sujets de développement qui ont principalement jalonné votre parcours de direction jusqu’à ce jour ?

JM.V. : Mon parcours de direction, depuis septembre 2000, a été décomposé en deux grandes phases : 5 ans de direction du site de Lille et 5 ans de direction générale du groupe Icam.

La première phase de ce parcours m’a conduit à mener deux actions majeures : d’une part organiser le décloisonnement des nombreuses activités présentes sur le site de Lille, et, d’autre part, rapprocher encore plus l’Icam de ses clients, à savoir les entreprises du monde économique et industriel. Le décloisonnement était nécessaire au regard du projet de l’Icam : « mettre des gens variés en relation, penser l’établissement comme un carrefour des métiers de l’industrie… créer du lien entre les personnes, pour contribuer au tissu économique et social ». Faire évoluer l’organisation pour être plus proche des entreprises était aussi devenu une nécessité : pour comprendre l’entreprise, il faut vivre sa réalité et adopter ses facteurs clés de réussite. Nous avons donc mis en place une organisation matricielle, basée sur l’autonomie et la responsabilité des collaborateurs, et sur le travail en équipe.

La seconde phase de ce parcours m’a conduit à poursuivre le travail de décloisonnement et d’évolution de l’organisation au niveau du groupe. Elle m’a aussi conduit à contribuer à la mise en place d’une gouvernance spécifique, qui articule responsabilité institutionnelle et autonomie opérationnelle, dynamique collective et respect des spécificités locales. Elle m’a enfin conduit à lancer une véritable politique de marque pour l’Icam.

X
X