La parole à Benoît Legait, directeur de MINES ParisTech - CGE

La parole à Benoît Legait, directeur de MINES ParisTech

Les besoins en énergie vont continuer à croître rapidement. L’AIE (Agence internationale de l’énergie) estime, par exemple, que la demande va augmenter d’environ 60% d’ici à 2030, ce qui nécessitera des investissements de plus de 500 milliards de dollars. Quelques éléments caractérisent ce secteur :

* une production locale, mais un marché des matières premières totalement international,
* des temps longs, et donc un besoin de planification à long terme, et des investissements lourds dans les outils de production,
* un couplage important entre production d’énergie d’origine fossile et climat,
* de forts enjeux de sécurité et d’acceptabilité sociale des unités de production, quel que soit le mode de production.

Il y a peu de secteurs industriels qui fassent l’objet de plus de prises de positions politiques et occupent une aussi large part de l’actualité.

L’énergie est un thème très important pour MINES ParisTech, que nous abordons comme d’autres (transport, industrie du futur, bâtiment, génie biomédical, intégration de systèmes complexes), en nous appuyant sur nos valeurs fondatrices :

  • généraliste par nature : la dizaine de formations de l’Ecole dans le domaine de l’énergie (masters, mastères spécialisés, option du cycle ingénieur civil, ingénieur de l’Institut supérieur des fluides, énergie, réseaux et environnement), sont pluridisciplinaires et abordent tout à la fois les enjeux techniques, réglementaires, économiques, managériaux et sociétaux de l’énergie. Les aspects techniques concernent de très nombreuses disciplines scientifiques : mécanique de fluides, thermique, mécanique, matériaux, thermodynamique, par exemple. Les projets des laboratoires, et les projets industriels, nécessitent la maîtrise de toutes ces disciplines ;
  • proche des entreprises pour anticiper : les diplômés de l’Ecole ont des fonctions souvent éminentes dans les groupes industriels du secteur, au sein de la Direction générale de l’énergie et du climat, et de l’Autorité de sûreté nucléaire, dans les organismes de recherche impliqués (CEA, IFP, BRGM, IRSN, CSTB,…). Environ la moitié de la recherche de l’Ecole dans ce secteur, soit plus de 200 personnes, est financée par des contrats (plus de 10 millions d’euros par an) et par des chaires (près de 2 millions par an) ;
  • ouverte sur le monde : plusieurs de nos formations sont totalement ouvertes à l’international. Le Mastère spécialisé « International energy management » en partenariat avec l’INSA Lyon et l’Université de Tsinghua de Pékin se déroule pour moitié en France, et pour moitié en Chine. Le Mastère spécialisé « Energies renouvelables », en partenariat avec l’European Renewable Energies Center et quatre universités européennes, comporte des « options » dans les autres pays européens. Le MS « Ingénierie et gestion du gaz » comporte une session en anglais pour les étudiants étrangers. Le master « CARE » (Renewable Energies) se déroule très majoritairement en Chine, en partenariat avec ParisTech et d’autres universités européennes. Le master « Stratégie énergétique » n’accueille que des étudiants étrangers, le master « Nuclear Energy » est totalement en anglais, etc. Bon nombre de contrats de recherche sont menés avec des groupes industriels étrangers : BP, Shell, Nemco en Australie, etc.;
  • en partenariat étroit avec nos réseaux français, au sein de ParisTech (une demi- douzaine de chaires sont menées dans ce domaine en partenariat avec un ou des membres de ParisTech), ou du Groupe des Ecole des Mines, et de son Carnot M.I.N.E.S : des projets collaboratifs et prospectifs y sont définis chaque année.

Le développement industriel européen du milieu du 19ème siècle a été fondé sur l’introduction de la machine à vapeur dans les entreprises extractives et manufacturières. Depuis, les modes de production d’énergie se sont considérablement diversifiés et vont continuer à se multiplier, pour répondre à des besoins de nature variée, avec des contraintes réglementaires et économiques de plus en plus fortes. Les besoins en formation et en recherche seront considérables dans les années à venir. MINES ParisTech s’implique chaque jour dans cette voie.

 

Benoît Legait
Directeur de MINES ParisTech

X
X