Le champ des possibles énergétiques avec l'ENSTA ParisTech - CGE

Le champ des possibles énergétiques avec l’ENSTA ParisTech

Fukushima, un séisme ? Oui, et pas seulement du point de vue géologique, mais aussi dans la communauté scientifique et industrielle qui a maintenant le devoir de remettre en cause ses principes, sur la sûreté en particulier.
Le champ des questions posées est vaste : l’énergie nucléaire a-t-elle encore un avenir ? Faut-il envisager des solutions alternatives ? Mieux détecter les nappes pétrolières et aller extraire le pétrole à des endroits inaccessibles, y compris en haute mer, y compris dans des conditions climatiques extrêmes ? Faut-il développer les énergies renouvelables, et lesquelles ? Comment mieux gérer et optimiser l’énergie ? Quels véhicules sobres concevoir pour une meilleure protection de l’environnement ?

L’ENSTA ParisTech est présente sur tous ces thèmes, que ce soit pour l’enseignement, au sein du cycle ingénieur, dans des masters recherche ou des Mastères Spécialisés, mais aussi dans le domaine de la recherche.

Dans le domaine de l’électronucléaire : sa filière de troisième année Énergie électronucléaire attire chaque année de nombreux étudiants. Elle participe également à un master international sur le sujet. Les grands industriels tels qu’AREVA et EDF l’ont bien compris car ils embauchent chaque année plusieurs de ses étudiants. AREVA a aussi créé une chaire Ingénierie nucléaire, qui est très active aussi bien en enseignement qu’en recherche.

L’ENSTA ParisTech s’affirme aussi dans le domaine de la gestion de l’énergie et de l’environnement. La filière, dont les mathématiciens spécialistes de l’optimisation sont le ressort principal, fonctionne en partenariat avec les industriels.

L’Ecole se veut également innovante et travaille sur les procédés employés. Elle explore de nouvelles filières et est une force de proposition reconnue. Ce n’est pas un hasard si l’unité Chimie et procédés  est reconnueau sein d’un laboratoire labellisé Carnot 2.

Etant aussi école des transports, l’Ecole travaille dans le domaine des véhicules du futur, qu’ils soient tout électriques ou hybrides, et s’attache à mieux comprendre les conditions de leur utilisation par des études sociologiques.

Enfin, l’école n’oublie pas son passé maritime et met les énergies de la mer à l’honneur. La mer représente 71 % de la surface de la planète et reste encore mal connue : c’est une formidable réserve d’énergie qu’il convient d’apprivoiser, de mettre en valeur, de protéger. Une ambition et un défi !

L’énergie, ou plutôt les énergies sont une priorité pour les ingénieurs qui sortent de l’ENSTA ParisTech .

Isabelle Tanchou
Directrice de la formation et de la recherche
En savoir plus sur Isabelle Tanchou…

Présentation de l’ENSTA ParisTech

L’enseignement de l’ENSTA ParisTech est l’un des plus complets et le tronc commun est d’une rare densité scientifique. A ces matières s’ajoutent l’économie, le droit, le cours de culture et de langues, afin de donner aux élèves une culture d’« honnête homme » (ou d’« honnête femme »). Le coeur de la formation est basé sur un très large champ de connaissances que les équipes pédagogiques transmettent avec passion pour former des étudiants qui possèdent ainsi des bases solides..

Ces futurs ingénieurs ont donc vocation, avec leurs compétences larges, leur esprit de synthèse et leurs qualités humaines, à faire un véritable travail d’ingénieur, souvent en conception ou en recherche et développement. L’ENSTA ParisTech irrigue ainsi de nombreux secteurs économiques. S’appuyant sur une tradition de plus de deux siècles et demi l’ENSTA ParisTech forme des étudiants aptes à assurer la conception, la réalisation et la direction de systèmes complexes sous des contraintes économiques fortes et dans un environnement international. La priorité est donnée aux domaines applicatifs des systèmes pour l’énergie, le transport et la défense.

L’ENSTA ParisTech est fondée sur les trois valeurs de pluridisciplinarité, d’ouverture et d’excellence. L’ouverture de l’Ecole est multiple. Sur la société : par des manifestations régulières de promotion de la culture scientifique et d’aide aux élèves de lycées de la région ; sur le monde : avec plus de 25 % d’étudiants étrangers et des recrutements d’enseignants chercheurs à 50 % de nationalité étrangère ces dernières années ; envers ses partenaires du Plateau de Saclay : plusieurs laboratoires sont déjà partagés avec le CNRS, l’INRIA, l’Ecole Polytechnique, l’Université Paris Sud 11. Avec l’arrivée des Mines ParisTech et d’EDF, ainsi que le développement des laboratoires d’excellence, dans quelques années tous les laboratoires de l’ENSTA ParisTech seront partagés. Le nombre de thésards a vocation à croître, y compris au rythme du besoin des entreprises. 17 % des élèves ingénieurs de l’ENSTA ParisTech poursuivent en thèse.

L’ENSTA ParisTech affirme donc sa volonté de contribuer pleinement au Campus Paris-Saclay et s’inscrit clairement dans une démarche d’excellence, tant sur le plan national qu’international.

X
X