J. Lebrun : "nous devons plus que jamais former des diplômés adaptés aux besoins présents des entreprises" - CGE

J. Lebrun : « nous devons plus que jamais former des diplômés adaptés aux besoins présents des entreprises »

Nous devons plus que jamais former des diplômés adaptés aux besoins présents des entreprises, mais aussi prêts à répondre aux mutations du monde du travail

Une tribune de Jérôme Lebrun, Directeur de l’ESITC Caen – novembre 2017

Décrocher un diplôme ne saurait être une fin en soi. Une solide formation reste néanmoins le meilleur des passeports vers l’emploi. L’enquête insertion 2017 menée par la Conférence des Grandes Écoles nous apprend ainsi que 86,8 % des jeunes ingénieurs sont en poste six mois après l’obtention de leur diplôme, dont 78,8 % en CDI. Si l’employabilité constitue un point fort des écoles d’ingénieurs, nous avons dû apprendre à intégrer cette exigence dans nos cursus. En plus de former des têtes bien faites, il nous faut préparer nos élèves à relever les défis d’une économie et d’une société soumises à des mutations technologiques d’une ampleur inédite.

Les écoles d’ingénieurs doivent donc plus que jamais anticiper et ajuster leurs contenus académiques à un nouveau Monde où le numérique change la donne pour les industriels. Le secteur du bâtiment et des travaux publics n’échappe pas à cette révolution. Historiquement peu perméable aux bouleversements technologiques, et habitué à avancer à pas mesurés, le BTP est confronté à l’irruption des outils numériques et aux défis posés par le réchauffement climatique, la pollution et l’emballement démographique. Pour les écoles d’ingénieurs, la situation impose une double réponse. Quantitative tout d’abord. L’ESITC Caen a ainsi récemment doublé ses capacités d’accueil afin de répondre aux impératifs de recrutement du secteur du BTP (5000 postes de conducteurs de travaux par an d’ici 2020 pour répondre aux besoins de cadres sur de nouveaux projets toujours plus complexes). Une réponse qualitative ensuite pour prendre en compte les évolutions technologiques des métiers de la construction. Ce qui passe par une place accrue accordée à la recherche, une formation pointue aux outils numériques (formation à l’approche LEAN et à l’utilisation de la maquette numérique) et aux techniques de construction innovantes tournées vers le développement de bâtiments plus économes en énergie et plus intelligents.

En savoir plus

 

X
X