#SIESH – Pourquoi un Statut International d’Etudiant en Situation de Handicap ?

Les associations Conférence des grandes écoles, la FÉDÉEH et Hanploi CED ont fait le constat que l’accès à la dimension internationale des cursus de l’enseignement supérieur (stage – semestre académique) reste très difficile pour les étudiant-e-s en situation de handicap¹.

Ces difficultés concernent l’accès aux traitements et au suivi médical, l’accès aux transports, l’accès à un accompagnement spécifique dans la vie quotidienne et à une vie sociale inclusive. Le surcoût lié à l’accès aux cursus internationaux pour ces étudiant-e-s est une problématique transversale à toutes ces dimensions.

La Conférence des grandes écoles, la FÉDÉEH, et Hanploi CED souhaitent proposer au gouvernement français de se saisir de l’occasion du troisième cycle de l’Examen Périodique Universel pour présenter cette problématique internationale et apporter des solutions concrètes, qui favoriseront une non-discrimination à l’accès aux cursus internationaux. Ces associations proposent la création d’un Statut international d’étudiant-e en situation de handicap.

Ce statut sera organisé autour de quatre axes : « administratif » matérialisé par un document opposable, « médical » pour permettre la disponibilité du traitement, « diplomatique » avec la mise en place d’un référent handicap dans chaque ambassade et « financier » avec la limitation des surcoûts liés au handicap.

 

Organismes officiels auxquels la contribution SIESH a été présentée (en savoir plus)

 

1 Selon la Loi du 11 février 2005, article 2, alinéa 1 : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »