Ce que les jeunes des Grandes écoles attendent de leur emploi

En début d’année Ipsos, la Conférence des grandes écoles (« CGE ») et le Boston Consulting Group (« BCG ») ont publié les conclusions de leur consultation inédite auprès des jeunes des Grandes écoles concernant leurs attentes professionnelles : « Talents : ce qu’ils attendent de leur emploi. Et si l’Economie Sociale et Solidaire était une solution ? ».

Le thème de ce GrandAngle est l’occasion de revenir sur les résultats de cette enquête nationale qui a permis de déterminer la place de l’Economie Sociale et Solidaire (« ESS ») et de l’entrepreneuriat social dans les critères de choix.

Elle permet aujourd’hui de faire le portrait d’une génération dont les membres ne sont pas centrés sur eux-mêmes et qui apparaissent de plus en plus intéressés par l’Economie Sociale et Solidaire.

Une génération qui exige que son emploi ait un sens et soit un vecteur de développement personnel

  • le contenu de l’emploi et l’ambiance au travail comptent plus que les conditions matérielles associées à un métier.
  • les talents sont exigeants vis-à-vis de la qualité de leur futur emploi
  • des jeunes concernés par les problématiques environnementales
  • les attentes des étudiants coïncident avec les valeurs de l’Economie Sociale et Solidaire
  • une appétence encore plus forte chez les alumni

Les femmes témoignent d’une meilleure connaissance du secteur et d’un attrait plus fort

  • elles sont plus nombreuses à vouloir s’y engager.
  • elles sont plus en phase avec les valeurs de l‘ESS.

L’argent ne semble avoir que peu d’influence sur les décisions professionnelles des talents. Ils sont mêmes prêts à diminuer leurs prétentions salariales pour travailler dans l’Economie Sociale et Solidaire.

Lire les conclusions de l’enquête BCG-Ipsos-CGE

X
X