Handi Mines : une association dynamique au sein de Mines Saint Etienne

La sensibilisation aux handicaps au sein des écoles d’ingénieurs est bien souvent un sujet secondaire, vite éludé. C’est pourtant la clé d’une meilleure compréhension des handicaps. Mines Saint-Étienne l’a bien compris et a souhaité impliquer ses élèves à travers des actions multiples.

Dès la rentrée de première année du cycle Ingénieurs Civils des Mines (ICM), chaque élève s’investit dans un Projet Citoyen qui s’étale sur une année. Hélène Pangot, référente autonomie-handicap de l’école, laisse une grande liberté aux organisateurs, ce qui a permis à notre équipe de 8 élèves, tous très impliqués, de réaliser des projets variés tout au long de l’année scolaire.

Nos actions ont débuté par un afterwork, avec un quizz qui abordait le thème du don de moelle osseuse. Cela a été l’occasion de nous rendre compte du manque de connaissances et d’informations des élèves sur ce sujet.

Nous souhaitions également collaborer avec d’autres associations de Saint-Étienne. Nous avons donc participé au Téléthon avec une vente de crêpes au sein de l’école et ainsi récolté 250 € pour cette cause ! Première participation très positive : à renouveler !

Après cette ouverture territoriale, nous nous sommes investis dans le concours national Tous HanScène® qui permet d’aborder le sujet du handicap en réalisant un court-métrage. Le choix de l’équipe s’est porté sur un handicap invisible : le cancer. En effet, le pourcentage de handicaps invisibles nous avait marqué et nous souhaitions nous détacher du cliché “handicap = fauteuil roulant”. Cette vidéo, intitulée Continuer, a permis d’aborder le thème du sport comme une aide pour surmonter les épreuves. Une très bonne expérience qui a augmenté la visibilité de notre projet.

Puis, l’équipe a participé à une formation proposée par l’école : le Label Handimanager reconnu par l’Afnor et décerné par Companieros. Chaque année, l’école y inscrit plusieurs cordées d’élèves. Cet enseignement, dispensé en ligne, porte sur le thème du travail des personnes handicapées. Nous apprenons à bannir les préjugés, acquérir les compétences managériales pour travailler en équipe en intégrant toutes les diversités. Ce programme très dynamique propose une étude de cas en groupe et une rencontre avec des travailleurs handicapés pour découvrir leur quotidien. Cette formation est sanctionnée par un examen : en 2020, les 20 participants ont obtenu le label. Forte de ce succès, l’école envisage à l’avenir de proposer 30 places !

En fin d’année scolaire, le temps fort de notre projet a été la journée Handi’Tech 2020. Elle a rassemblé élèves et personnels autour de conférences et d’activités sur le thème des dons, principalement de moelle osseuse (DVMO) et de sang.

Entièrement repensée en ligne suite au confinement et grâce à l’implication et à la détermination de toute l’équipe, elle a rassemblé plus de 200 participants ! Des conférences sur le don ont eu lieu le matin avec La Sapaudia et l’EFS. L’après-midi était consacrée à des échanges : un chercheur de l’école a présenté des travaux en cours sur la maladie de Charcot, 2 grands sportifs, Loïc Vergnaud et Théo Curin, ont partagé leur quotidien, puis une initiation à la Langue des Signes Française de 1h30 a clôturé la journée. Cet événement a été une belle réussite, apprécié de tous !

Grâce à toutes ces actions, Handi Mines, déjà très active, bénéficie d’un engouement encore plus fort. Une nouvelle initiation à la LSF a déjà été organisée en ce début d’année scolaire, ainsi qu’un afterwork avec ateliers ludiques. Nous allons continuer de proposer des événements originaux à la Maison des Élèves où nous résidons pour encore plus évoquer le handicap.

Nouveauté cette année ! Le projet citoyen Handi’Tech 2021 a été à nouveau plébiscité, par 9 élèves qui seront accompagnés par Handi Mines et la référente autonomie-handicap. Enfin, les liens avec l’école seront réaffirmés grâce à la création conjointe avec Hélène Pangot d’un nouveau module dans le cadre de la formation à l’interculturalité : un atelier dédié à la culture sourde et malentendante. Ainsi les élèves pourront suivre des cours intensifs de LSF, participer à des conférences sur les implants cochléaires et un temps de débat sera proposé par Handi Mines.

À travers tous ces beaux projets réalisés ou à venir, Mines Saint-Étienne confirme son implication dans la sensibilisation aux handicaps qui mènera plus tard à une meilleure inclusion dans le milieu professionnel.

 

Gladys Nurit, Hélène Pangot et l’équipe Handi Mines

 

A propos de Gladys Nurit

Gladys Nurit, secrétaire de l’association Handi Mines, est étudiante en deuxième année à Mines Saint Etienne. Après avoir fait toute sa scolarité pré-bac en Lozère, elle choisit la CPGE au lycée Lafayette de Clermont-Ferrand pour une année de MPSI et une de PSI*, puis intègre Mines Saint-Etienne en 2019. Durant son enfance, sa maman ayant eu recours à un don de moelle osseuse, elle est particulièrement sensible à cette cause et s’engage dans le projet citoyen Handi’Tech 2020. Par la suite elle devient secrétaire d’Handi Mines afin de continuer les actions de sensibilisation. Actuellement en mobilité Erasmus aux Pays-Bas où elle étudie la mécanique, elle souhaite à son retour, poursuivre dans le biomédical en troisième année. À l’avenir, elle désire devenir ingénieure biomécanique pour développer des produits biomédicaux afin d’améliorer au quotidien la vie des personnes ayant un  handicap visible ou invisible.

 

A propos de Mines Saint-Etienne

Membre de l’Institut Mines‐Télécom, Mines Saint‐Étienne figure parmi les plus prestigieuses écoles d’ingénieurs de France et mène depuis plusieurs années une politique volontariste dans la prise en compte du handicap. Elle revendique d’être une école handi‐accueillante sur ses campus.

À ce titre, elle est à nouveau signataire de la charte handicap de la Conférence des grandes écoles. L’objectif visé est de permettre une intégration de qualité des élèves et des personnels en situation de handicap, tout en proposant de nombreux projets de sensibilisation directement inscrits dans les cursus pédagogiques, pour mieux faire connaître les différentes typologies de handicap et aborder les avancées technologiques associées. Pour arriver à ce résultat, l’école met en synergie la commission autonomie‐handicap de l’école, l’association Handi Mines et des élèves impliqués dans des projets pédagogiques.

X
X