NEOMA Business School : un escape game pour apprendre à déjouer les fake news

Afin de sensibiliser ses étudiants au fléau de la désinformation, NEOMA Business School a conçu un dispositif pédagogique original. Plongés au cœur d’un escape game sur le thème de la sécurité informatique, les étudiants de 1ère année du programme TEMA ont appris à discerner les meilleures sources pour leur veille documentaire. Avec ce dispositif, l’Ecole poursuit son engagement en matière d’innovations pédagogiques au cœur de ses programmes.

 

S’assurer de la fiabilité de l’information grâce à un cours au format pédagogique inédit

Cette année, les étudiants de 1ère année du programme TEMA ont participé à une expérience novatrice, un escape game dans lequel Elizabeth Johnson, professeur à NEOMA, a besoin d’aide pour déjouer un virus informatique qui se propage sur Internet. Les étudiants devaient résoudre, en une heure et par équipe, plusieurs énigmes autour de la cyber sécurité. Imaginé par les équipes du centre de documentation de NEOMA, cet escape game a été développé avec l’aide de plusieurs Directions de l’Ecole.  Le scénario a été ainsi été élaboré avec le soutien des équipes de la Direction de la Pédagogie Innovante et de la Library*. « La nouvelle génération est ultra-connectée », explique Anne-Laure Herard, Directrice du programme TEMA. « Cependant, cela ne signifie pas qu’elle maitrise pleinement les outils mis à sa disposition ainsi que la masse d’informations à laquelle elle est exposée quotidiennement. Il est de notre rôle d’apprendre à nos étudiants à identifier et sélectionner des contenus de qualité, une étape nécessaire dans leur parcours étudiant comme dans leur future vie professionnelle ».  Le projet a été déployé auprès d’un public sensible aux innovations : les étudiants de TEMA. « Le positionnement de TEMA autour de la triple compétence en alliant le management, le digital et la créativité fait de ce cursus un terrain d’expérimentation idéal pour les innovations pédagogiques de l’Ecole » ajoute Anne-Laure Herard, Directrice de TEMA.

C’est dans le cadre du cours « Veille 4.0 », qui vise à initier à la veille documentaire sur la base de ressources solides, que l’escape game a été proposé. « L’idée de l’Escape Game m’intéressait dans le sens où dans ce cas précis, son apport pédagogique est bien supérieur à celui d’une séance en présentiel. Cet exercice de mise en situation réelle sort du cadre pédagogique habituel et a permis aux étudiants d’apprendre à distinguer la fiabilité d’une source », souligne Nathalie Fontaine, chargée d’enseignement, à l’initiative de ce dispositif. Pour aller plus loin, l’expérience en escape game sera complétée par des modules digitaux pour mieux comprendre le phénomène des fake news et apprendre à lutter contre la désinformation de masse.

 

Expérience et émotions au service de l’apprentissage

Pour la restitution du fruit de leurs recherches documentaires, les étudiants ont également été formés à la pratique de la facilitation graphique. Le concept ? Apporter une réponse simple, visuelle et dessinée à un problème complexe. Ainsi, chaque équipe a présenté la synthèse de ses explorations sous ce format novateur, avec à la clé un fort engagement noté chez les étudiants. « Ce concept d’Escape Game, est une façon de faire ludique, permettant de renforcer l’attention et la concentration des élèves en cours », précise Mathis Koralewski, étudiant en première année TEMA. Faustine Jacquet, elle aussi étudiante en première année, surenchérit. « J’ai trouvé ce cours extrêmement intéressant et enrichissant. L’Escape Game nous permet d’apprendre à travailler en équipe, trouver des alternatives pour que tout le monde s’écoute et s’intéresse aux réponses des autres. Un concept ludique qui intéresse les plus jeunes et qui est de plus en plus utilisé par les entreprises. Sans oublier la facilitation graphique, qui nous permet de capter l’attention de l’auditoire. C’est quelque chose que je pense maintenant utiliser dans plusieurs domaines afin de présenter un projet par exemple. »

Le dispositif pédagogique s’est clôt par une séance en présentiel lors de laquelle les étudiants devaient, sur la base d’une problématique, effectuer une recherche documentaire, en mobilisant alors tous les acquis de leurs précédentes expériences.

X
X