A-L. Wack : « Les Grandes écoles forment plus de 40% des diplômés de grade master »

Parcoursup, regroupements d’établissements, apprentissage, action à la tête de la Conférence des grandes écoles (CGE)… en ce début 2018 la présidente de la CGE, Anne-Lucie Wack, fait le point sur les dossiers qui vont l’occuper cette année. Et ils sont nombreux !

Olivier Rollot: La Conférence des grandes écoles a participé à la concertation sur la création du tout nouveau Parcoursup qui va remplacer APB en 2018. Qu’en attendez-vous ?

Anne-Lucie Wack : L’objectif premier est d’améliorer la réussite en premier cycle universitaire grâce à la définition d’attendus, pour désengorger les filières universitaires sous tension et résorber l’échec lié à un déficit d’information ou à de mauvais choix d’orientation.

C’est un premier cap franchi pour une meilleure adéquation entre souhaits des étudiants et places offertes mais il reste encore beaucoup à faire, à la fois en amont du bac sur l’accompagnement de l’orientation, et en aval du bac sur l’attractivité des filières dans lesquelles les jeunes ne se projettent pas spontanément, alors qu’elles sont porteuses en termes d’emploi, notamment les filières numériques.

Côté Grandes écoles, notre principale inquiétude sur Parcoursup concernait les inscriptions en CPGE pour lesquelles nous souhaitions, avec les associations des classes prépas, que des vœux puissent être groupés, ce qui a été acté.

O.R : Et que pensez-vous de l’obligation, adoptée par un amendement, qui pourrait être faite à toutes les formations postbac possédant le visa du gouvernement de participer à Parcoursup ?

A-L. W : Un portail permettant aux étudiants d’avoir un panorama d’ensemble sur les parcours possibles présenterait un intérêt indéniable. Toutefois un certain nombre de formations postbac d’écoles de commerce, sciences po, ou art n’étaient pas accessibles sur APB. Elles avaient fait ce choix du fait de problèmes de compatibilité de calendriers, de communication avec les candidats, ou pour des questions de visibilité. Il faudrait donc d’abord arriver à résoudre ces questions pour que ces formations puissent être affichées sur un portail commun.

Lire la suite de l’interview

X
X