Le modèle Grande école a encore une fois révélé sa robustesse et son engagement autour de valeurs essentielles

Les Grandes écoles de la CGE ont été exemplaires dans la gestion de la crise COVID-19, et notamment pour la gestion des étudiants et des relations internationales qu’elles ont nouées depuis des décennies avec des partenaires internationaux prestigieux. Plus de 100 000 étudiants étrangers sont accueillis chaque année dans nos établissements ; tous nos étudiants doivent effectuer une mobilité internationale pour satisfaire les conditions du diplôme. Le bouleversement engendré par la crise sanitaire sur la mobilité étudiante aurait pu être perçu comme une catastrophe pour les écoles. Au contraire, elles se sont adaptées, ont innové et accompagné cette crise d’une façon remarquable.

 

Le digital au cœur du plan de continuité pédagogique en France et à l’international

Les écoles de la CGE ont investi depuis des années sur une offre pédagogique digitalisée, afin d’anticiper la transition pédagogique qui était annoncée par l’avènement du numérique et de l’économie du savoir. Des cours online, à distance, des plateformes pédagogiques digitales accessibles par tous les étudiants, des équipements et outils performants leur permettant de travailler en multi-devices à distance où qu’ils soient dans le monde ont été développés en propre ou en partenariat depuis bien longtemps. Il a donc été plus pratique pour nos établissements de basculer tous leurs enseignements en digital, principalement à distance en quelques jours après l’annonce du confinement par le Président de la République le 11 mars 2020 ! Un accompagnement des étudiants quasi sur-mesure a été réalisé par des professeurs engagés et motivés, par des équipes pédagogiques qui ont eu l’intelligence d’orchestrer les femmes, les hommes et les machines au service des étudiants afin qu’ils puissent dans les meilleures conditions finaliser leurs années, voire leurs diplômes sans heurts. Nos étudiants ont été d’ailleurs tout aussi remarquables faisant preuve d’une belle résilience et ont été finalement très intéressés par l’expérience pédagogique nouvelle à laquelle ils étaient confrontés. La digitalisation de nos enseignements a permis de suivre les étudiants partout dans le monde, français à l’étranger ou étrangers en France, nous avons adapté nos services afin qu’ils se sentent toujours accompagnés et suivis aussi bien sur le plan académique que personnel.

 

Solidarité pour accompagner tous les étudiants pendant la crise

Une solidarité forte entre les établissements a émergé, depuis deux mois, autour du partage des bonnes pratiques, de mutualisation de ressources numériques et d’échange d’informations afin d’assurer un accompagnement de qualité pour nos étudiants, et notamment ceux qui étaient loin de leurs bases, les étudiants étrangers. Tout a été mis en œuvre pour assurer le retour des étudiants chez eux par des équipes des relations internationales professionnelles et aguerries. A ce jour, tous ceux qui souhaitaient retourner dans leurs pays ont pu le faire. Les écoles de la CGE ont su tisser des réseaux internationaux durables et choisis, fondés sur la coopération scientifique et les échanges d’étudiants. La même solidarité a vu le jour à l’échelle internationale pour favoriser les flux d’étudiants et leur accompagnement pour ceux qui souhaitaient, malgré les conditions sanitaires, demeurer dans leurs pays d’adoption académique. Les étudiants internationaux en France ont été suivis avec un soin particulier. Dans nos établissements, le rythme de travail est déjà assez intense, il ne fallait pas prendre le risque que des étudiants se sentent isolés, abandonnés, sans possibilité d’échange avec les équipes de leur école alors que le cycle de cours était toujours aussi exigeant mais que le lien social était distendu. Enfin, nos établissements ont mobilisé avec leurs fondations et association d’Alumni des fonds de solidarité COVID, pour aider matériellement et financièrement les étudiants, français et étrangers, en difficultés dues à la perte de leur stage ou de leur job ou encore de frais de voyage élevés. Sur le plan scientifique, nombreux sont les chercheurs de nos établissements qui étudient déjà les leçons apprises de la crise et notamment qui regardent comment les différents pays, par le prisme de l’enseignement supérieur, sont capables d’apprentissages et d’innovation.

 

Les clés du succès : un modèle et des valeurs individuelles et collectives 

Ce panorama avec sa face très positive nous apporte plusieurs éléments pour comprendre la résilience des établissements de la CGE à traverser les crises, qui risquent de devenir récurrentes. Il faut, tout d’abord, noter la réactivité des équipes pour adapter leur modèle pédagogique et leur propre organisation (le télétravail) qui a été finalement assez simple à mettre en place. Cela provient de la culture de l’innovation et du changement qui existe dans nos établissements, inhérente à la structure Grande école. Ensuite, on peut remarquer que les directeurs.trices des établissements et les équipes savent définir une vision et une stratégie, notamment en situation de crise car ils gèrent des structures souvent petites, agiles et capables de changements rapides. Le modèle a encore révélé sa robustesse et son engagement autour de ces valeurs essentielles.

Enfin, la capacité d’agir collectivement doit être soulignée. On nous prête souvent des natures belliqueuses dues à la compétition entre nous, les Grandes écoles ont montré leur incroyable capacité à agir ensemble, décider ensemble et échanger leurs bonnes pratiques pour le bénéfice des étudiants, des collaborateurs et des territoires !

Pour conclure, nous souhaitons saluer l’engagement des équipes, notamment celles des relations internationales, les professeurs, et l’ensemble des personnels de nos établissements pour tout ce qui a été accompli depuis trois mois. Il faut souligner aussi et ce n’est pas négligeable, la qualité exceptionnelle de notre système de santé ! Nous ne saurons pas oublier le soutien de nos ministères, des ambassades et de campus France. Un formidable travail collectif à la hauteur de l’exigence qui conduit à l’excellence.

A présent, il est temps de penser à la rentrée académique 2020/2021. Les écoles sont déjà au travail pour échafauder les hypothèses de rentrée avec (ou non) des mesures de distanciation sociale. La rentrée sera duale/hybride, c’est certain ! Il faut impérativement que la France continue d’attirer les étudiants internationaux qui sont aujourd’hui fascinés par le pays, la qualité de ses formations et de sa recherche, l’influence qu’il exerce dans le monde, la qualité de vie étudiante dans nos campus. Le nombre de candidatures qui est en légère hausse est l’une des expressions de cette attractivité. Aussi, nos efforts collectifs sont concentrés sur l’assurance que nous pouvons donner aux étudiants internationaux de venir – quand les frontières seront ouvertes – étudier dans nos écoles. Ils pourront démarrer des cours à distance en attendant de rejoindre les bancs de nos établissements, ils seront accompagnés avec une proximité, à la fois réelle et virtuelle, bienveillante et exigeante. Notre tradition d’accueil à la française sera pleinement conservée pour eux. Alors bienvenue en France, bienvenue dans les écoles de la CGE

Alice Guilhon
présidente du Chapitre des grandes écoles de management
vice-présidente de la CGE
directrice générale de SKEMA Business School

M’Hamed Drissi
président de la commission Relations internationales de la CGE
directeur général de l’INSA Rennes

 

 

A propos d’Alice Guilhon 

Alice Guilhon est Directrice Générale de SKEMA Business School. Elle était Directrice Générale du CERAM Business School à Sophia Antipolis jusqu’en novembre 2009, date de la fusion de l’établissement avec le Groupe ESC Lille. Elle a piloté ce rapprochement qui a donné naissance à SKEMA Business School. Elle est titulaire d’un doctorat en Sciences de Gestion de l’Université de Montpellier I en 1993 ainsi que d’une Habilitation à Diriger les Recherches soutenue à Montpellier I en 1998. Membre de l’association AFDESRI (Association pour les femmes dirigeantes de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation) depuis 2017. Elle a été membre du « Board » de SURREY Business School entre 2017 et 2019. Membre du Conseil d’Administration de l’EFMD depuis 2018. Membre du Conseil d’Administration de la FNEGE (Chapitre Management de la CGE) depuis 2018. Depuis mai 2018, Présidente du Chapitre des écoles de management de la CGE. Depuis juin 2019, Membre du Conseil d’Administration de la CGE et membre du bureau – vice-présidente écoles. Membre de la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion – CEFDG depuis octobre 2019. En savoir plus

A propos de M’Hamed Drissi

M’Hamed Drissi débute sa carrière en 1986 chez France Télécom avant d’intégrer en 1991 l’INSA Rennes en tant que maître de conférences puis professeur des universités (1998). Ses activités de recherche se concentrent principalement sur la conception des antennes et des circuits électroniques associés. L’ensemble de ses travaux a fait l’objet de plus de 284 communications et publications internationales, des brevets ainsi que 10 distinctions et prix internationaux. Après des responsabilités d’équipe et de formations, il est nommé à la direction de la recherche à l’INSA Rennes de 2006 à 2010. Il a été, de 2007 à 2011, vice-président du conseil scientifique de l’Université européenne de Bretagne. En décembre 2010, il est nommé Directeur de l’INSA Rennes. Il est vice-président du Groupe INSA actuellement chargé de la transition Climat-Énergie et délégué à l’INSA Euro-Méditerranée. M’Hamed DRISSI assure, depuis 2012, la présidence de la Conférence des Directeurs des Grandes Écoles de Bretagne. Il est également administrateur de Campus France et référent Europe-international du CESER Bretagne. Il est actuellement administrateur de la CGE et préside la commission Relations Internationales.

 

A propos de SKEMA Business School

Avec 8 500 étudiants de 120 nationalités et 45 000 diplômés présents dans 145 pays, SKEMA Business School est une école globale qui, par sa recherche, ses 50 programmes d’enseignement, sa structure multi-site internationale forme et éduque les talents dont ont besoin les entreprises du XXIe siècle. Désormais, l’école est présente sur 7 sites : 3 campus en France (Lille, Sophia-Antipolis, Paris), 1 en Chine (Suzhou), 1 aux Etats- Unis (Raleigh), 1 au Brésil (Belo Horizonte) et 1 en Afrique du Sud (Le Cap – 2020). En septembre 2019, l’école a annoncé l’implantation à Montréal de SKEMA GLOBAL LAB in Augmented Intelligence, son laboratoire de recherche en intelligence augmentée et de son nouveau centre de R&D : SKEMA Quantum Studio.

SKEMA est multi-accréditée – Equis, AACSB et EFMD Accredited EMBA. Ses programmes sont reconnus en France (Visa, Grade de Master, RNCP, label CGE), ainsi qu’aux USA (licensing), au Brésil (certificação) et en Chine. www.skema-bs.fr.  Suivez-nous sur twitter : @SKEMA_BS

 

A propos de l’INSA Rennes
Créé en 1966, l’Institut National des Sciences Appliquées de Rennes est la plus grande école d’ingénieurs en Bretagne. L’Institut se classe parmi les meilleures écoles d’ingénieurs post-bac en France. Habilité par la Commission des Titres d’Ingénieur et labellisé EUR-ACE, l’INSA Rennes propose une formation d’ingénieur post-baccalauréat en 5 ans, accessible à tous les niveaux, de bac à bac+4. Membre du Groupe INSA, 1er réseau d’écoles publiques d’ingénieurs en France, l’institut est reconnu pour sa formation et sa recherche scientifique dans deux pôles d’excellence : Sciences & Technologies de l’Information et de la Communication (STIC) et Matériaux, Structures et Mécanique (MSM). Adossé à 6 laboratoires de recherche, l’INSA Rennes dispense une formation scientifique de haut niveau dans 8 spécialités d’ingénieur (grade Master), 8 Mentions de Masters Recherche en « Sciences, Technologies, Santé » / 12 parcours M2 et 3 écoles doctorales.

 

X
X