Baromètre Arts et Métiers / Opinion Way : les jeunes et l’industrie

83% des lycéens conservent une bonne opinion de l’industrie malgré la crise sanitaire

Arts et Métiers, grand établissement technologique résolument orienté vers le monde industriel, publie avec Opinion Way, son 8ème baromètre annuel sur les jeunes et l’industrie. Réalisé dans un contexte exceptionnel, ce baromètre prouve que les jeunes conservent une bonne opinion de l’industrie, estiment même qu’elle a joué un rôle majeur pour limiter les conséquences de l’épidémie en France et souhaitent de plus en plus travailler dans ce secteur.

 

Les principaux enseignements du baromètre :

  • La crise sanitaire que la France et le monde traversent n’a pas entaché l’image de l’industrie, qui reste très positive auprès des jeunes lycéens. Si majoritairement les opinions à l’égard du secteur n’ont pas évolué, l’actualité a mis en lumière la mobilisation de certaines entreprises françaises et de leurs employés qui se voient désormais mieux perçus, notamment par ceux qui portent un regard négatif sur l’industrie de manière générale.
  • La mobilisation des entreprises industrielles pendant la crise est acclamée par les jeunes, qui jugent qu’elles ont joué un rôle majeur pour limiter les conséquences de l’épidémie. Mais ils estiment qu’elles auraient pu faire mieux si les délocalisations n’étaient pas aussi nombreuses. Les jeunes estiment pour la quasi-totalité d’entre eux que la relocalisation de la production est aujourd’hui nécessaire.
  • Malgré l’enjeu majeur de la relocalisation, les lycéens ont confiance dans l’avenir de l’industrie en France. La crise représente à leurs yeux une opportunité pour (re)dynamiser l’industrie française, secteur dans lequel ils sont nombreux à s’imaginer travailler un jour.

 

Dans un contexte de crise sanitaire, une image de l’industrie qui reste bonne

Réalisée en deux temps, en février et en mai 2020 afin de prendre en compte la crise sanitaire, cette étude a été menée auprès d’un échantillon représentatif de 514 lycéens en série S et Technologique, sur leur vision de l’industrie.

Après plus de deux mois marqués par la crise sanitaire et le confinement, 83% des lycéens déclarent avoir une bonne opinion de l’industrie. Ce chiffre s’avère stable par rapport à la première mesure réalisée en février dernier (-1 point), alors que l’épidémie n’avait pas encore bousculé les habitudes et perceptions des Français.

La crise sanitaire mondiale n’a pas eu d’impact sur la perception qu’ont les jeunes de l’industrie. 62% des lycéens déclarent ainsi que leur opinion à l’égard de l’industrie de manière générale n’a pas évolué.

 

Une reconnaissance de la mobilisation des entreprises industrielles face au COVID-19… Mais aussi une remise en cause profonde des délocalisations

Pour 83% des jeunes interrogés, les entreprises de l’industrie qui se sont mobilisées ont joué un rôle majeur pour limiter les conséquences de l’épidémie en France.

L’impact social de cette mobilisation est également largement souligné : pour 84% des lycéens, les entreprises industrielles ont essayé d’épargner le chômage technique à leurs employés, et plus globalement 86% d’entre eux jugent qu’elles se sont montrées responsables socialement.

Enfin, l’idée d’une action désintéressée est également attribuée à ces entreprises qui pour 86% des jeunes interrogés ont avant tout agi par esprit de solidarité.

Reste toutefois que les lycéens savent faire preuve d’esprit critique à l’égard des industries françaises. Ne tombant pas dans une logique manichéenne, ils sont conscients que ces mêmes entreprises ne peuvent délaisser leurs enjeux commerciaux. Dans une moindre mesure certes, mais majoritaire néanmoins, les lycéens considèrent que les entreprises s’étant mobilisées pendant la crise ont fait preuve d’opportunisme en essayant de dégager de la visibilité et du profit (67%) et autant parmi ceux qui ont une bonne ou une mauvaise opinion de l’industrie).

Mais la réelle critique qu’ils formulent, et qui fait consensus quelle que soit leur position à l’égard de l’industrie, tient aux choix d’implantation des industries françaises. Pour 90% des jeunes lycéens, les entreprises industrielles auraient pu mieux faire face à l’épidémie si elles avaient moins délocalisé leurs usines. De fait, les délocalisations sont perçues comme la principale faiblesse de l’industrie française (57%), une tendance qui est à la hausse (+13 points par rapport à février 2020).

 

La crise sanitaire, une opportunité permettant de redynamiser l’industrie française

La crise sanitaire a engendré une crise économique qui touche tous les secteurs. Dans ce contexte, l’inquiétude concernant les perspectives de l’industrie sur le territoire n’est pas de mise : pour 79% des lycéens, l’industrie française va se relever de cette crise. Bien que l’opinion soit plus marquée parmi les jeunes qui ont une image favorable de l’industrie (80%), elle est aussi partagée par ceux qui voient d’un œil négatif le secteur (60%).

Par ailleurs, 63% des lycéens déclarent d’ailleurs avoir confiance dans l’avenir de l’industrie en France. Cette confiance est comparable à celle enregistrée dans les baromètres réalisés en 2018 (65%) et 2019 (66%), et surtout elle est nettement plus importante que celle exprimée par les jeunes lycéens au lancement du baromètre : 38% en 2014, soit une évolution de 25 points en 6 ans.

Pour autant, elle enregistre une chute de 12 points par rapport à février 2020 qui n’est pas à négliger. Certes, cette chute intervient après une hausse exceptionnelle en février dernier (+9 points entre mars 2019 et février 2020) mais elle est symptomatique de l’importance qu’accordent les jeunes à la relocalisation de la production sur son territoire.

A l’heure où les délocalisations sont pointées du doigt, notamment s’agissant de la pénurie de masques, la confiance dans l’avenir de l’industrie en France est pénalisée par ses choix d’implantation à l’étranger. Dans ce contexte, les jeunes lycéens estiment qu’il est nécessaire de relocaliser les usines en France (93%).

Bien que la crise invite à remettre en question le modèle mondialisé de l’industrie, elle semble néanmoins davantage lui bénéficier que lui porter préjudice. C’est tout du moins ce qu’en perçoivent les lycéens qui estiment pour la quasi-totalité d’entre eux que la crise constitue une opportunité pour (re)dynamiser l’industrie française sur son territoire (87%). Tous partagent cet avis, qu’ils aient une bonne (88%) ou une mauvaise opinion (86%) de l’industrie.

Au final, face à cette situation inédite, le taux de lycéens, en série S et technologique, décidés à travailler dans l’industrie reste élevé et majoritaire : 61% aimeraient travailler dans l’industrie.

Si ce chiffre baisse un peu par rapport à février (-6 points) il connait néanmoins un pic : +9 points par rapport à 2019 et même +15 points en moyenne par rapport à la période 2013-2018. Ainsi malgré la crise et les incertitudes qui en découlent, l’envie chez les jeunes de travailler dans l’industrie continue de grandir.

Lire le Sondage OpinionWay pour Arts et Métiers

X
X