Égalité femmes-hommes : tous concernés !

Les Grandes écoles sont en pointe sur de nombreux sujets sociétaux et sont engagées de longue date sur la question de l’égalité femmes-hommes et de l’équilibre des genres.

L’égalité femmes-hommes concerne l’ensemble de la chaîne éducative, et tous les acteurs de la société, et a été déclarée grande cause du quinquennat du président de la République en novembre 2017.

Face à cet enjeu de société, les Grandes écoles ont un rôle particulier à jouer en sensibilisant et formant à cette question leurs futurs diplômés, qui seront en situation de responsabilité demain dans tous les types d’entreprises, collectivités ou administrations.

Depuis la signature en 2013, par de nombreuses écoles membres de la CGE, de la charte en faveur de l’égalité femmes-hommes, on note une mobilisation grandissante à travers des actions à destination des étudiantes et étudiants mais aussi des personnels administratifs et enseignants.

Le baromètre égalité de la CGE nous permet de mesurer concrètement cette mobilisation. Sa 5ème édition, qui sera dévoilée lors du colloque diversité des 14 et 15 novembre prochain à la Rochelle, montre que les établissements formalisent davantage, d’année en année, une stratégie pour l’égalité.  En parallèle, la part des associations étudiantes menant des actions en faveur de l’égalité femmes-hommes est elle aussi en nette augmentation (48 % en 2019 contre 35,7 % en 2017).

Et pour aller toujours plus loin dans l’accompagnement des Grandes écoles dans la mise en place de mesures favorisant égalité et mixité, le groupe de travail égalité femmes-hommes rédigera cette année un Livre Blanc permettant de partager et valoriser les différentes initiatives des établissements.

La performance des Grandes écoles est reconnue et confirmée par tous les indicateurs, qui sont tous au plus haut : attractivité internationale, insertion professionnelle, recherche, lien à l’entreprise, entrepreneuriat, développement durable et RS…

Mais à l’heure où les écoles et leurs étudiants se mobilisent pour la réalisation des 17 objectifs de développement durable, et quand bien même toutes les études montrent qu’un meilleur équilibre de genre est bénéfique à l’ensemble de la société, force est de constater que l’égalité femmes-hommes est encore à la traîne. Cette année encore, malgré un contexte très favorable à l’emploi, les chiffres de l’enquête insertion professionnelle de la CGE confirment un différentiel femmes-hommes en défaveur des femmes, et montrent que celles-ci sont moins présentes dans les secteurs porteurs.

Seuls 10% des référents égalité femmes-hommes des Grandes écoles sont des hommes ! Et parmi les sept témoignages livrés dans ce GrandAngle, deux seulement sont signés par des hommes.

L’égalité femmes-hommes n’est pas un sujet de femmes, nous sommes tous concernés, mobilisons-nous !

Anne-Lucie Wack, présidente de la CGE
Vincenzo Esposito Vinzi, président de la commission Diversité de la CGE

 

X
X