ESSEC-AÉRÉ : retour sur une expérience de mobilisation étudiante exceptionnelle

Depuis 2005, l’ESSEC est très impliquée dans le Groupe Ouverture Sociale de la CGE (#GOS) qui fédère l’essentiel des Grandes écoles et acteurs de l’égalité des chances dans l’accès aux études supérieures. Au cœur de ces dispositifs le plus souvent labellisées “Cordées de la Réussite” : l’engagement de nos étudiants au service de la réussite des plus jeunes.

En mai dernier, lorsque l’Etat et les quartiers les plus touchés par la crise sanitaire et sociale ont sollicité les acteurs de la société civile pour des « Vacances Apprenantes », l’ESSEC s’est mobilisée avec beaucoup d’enthousiasme. Rappelons le contexte : les collégiens et lycéens des quartiers en politique de la ville souffrent plus que d’autres de fortes inégalités scolaires, d’isolement physique et digital et d’un lien extrêmement fragile à l’école et aux apprentissages. Par ailleurs, des étudiants dans nos écoles et universités ont vu leurs stages, apprentissages, départs à l’étranger compromis par cette même crise sanitaire.

En réponse à ces constats, et en lien étroit avec les villes de Sarcelles, Villiers-le-Bel, Drancy et Chanteloup-les-Vignes, l’ESSEC a lancé le programme ESSEC-AÉRÉ (« Apprendre Et Réussir Ensemble »). Quarante étudiants ont été recrutés en stages de deux mois, en tant que “chargés de territoires éducatifs” au cœur de ces quatre villes. Leur mission : dans les collèges et espaces municipaux, promouvoir, préparer et animer des ateliers ludo-éducatifs pour les collégiens et lycéens, souvent inspirés des pédagogies déployées dans les cordées. Après une semaine de formation à la gestion de groupe, à la préparation et animation d’ateliers, au travail en équipe, à la compréhension des spécificités de ces territoires, à la posture à tenir vis-à-vis des partenaires locaux, familles et jeunes, ils sont partis sur le terrain pour mener leur mission, appuyés par un encadrement important de l’équipe ESSEC.

Pendant les huit semaines d’été, ils ont animé 660 demi-journées d’ateliers, enrichis de sorties culturelles, concours d’éloquence, cinés-débat et autres, à destination de 1350 jeunes collégiens et lycéens. Les bénéficiaires, mais aussi leurs familles, étaient ravis et très reconnaissantes des activités proposées ; les acteurs locaux, heureux d’accueillir et de travailler avec les étudiants. Et ceux-ci gardent un excellent souvenir de cette expérience, qui n’a évidemment pas été facile à plein d’égards, mais leur a demandé une adaptation permanente dans un environnement le plus souvent méconnu, les a bousculés dans leurs représentations et fait grandir en humanité et citoyenneté.

Cette expérience d’altérité est extrêmement enrichissante, valorisante et formatrice pour les étudiants qui y développent des compétences managériales comme l’a démontré la thèse de Kévin André (Ref), lorsque ces missions sont accompagnées et articulées avec la formation académique. En outre, cet apprentissage par l’engagement constitue une modalité très puissante au service de la transformation de nos écoles pour construire une société plus durable et plus solidaire. Oui, ces expériences, qui permettent une autre relation à la diversité et aux territoires, apportent à nos futurs managers, ingénieurs, décideurs, une conscience sociétale essentielle à leurs futures responsabilités. A ce titre, elles méritent d’être démultipliées. Ca tombe bien : l’Etat renouvelle l’opération cet été. Et si les Grandes écoles s’y engageaint massivement ?

Chantal Dardelet, directrice du Centre Egalité des chances de l’ESSEC

Marie Morellet, directrice du développement du Centre Egalité des chances de l’ESSEC

 

A propos de Chantal Dardelet et Marie Morellet

Chantal Dardelet dirige le Centre Egalité des chances de l’ESSEC depuis 2004, en lien étroit avec la Chaire Innovation et entrepreneuriat social de l’école. Elle anime le groupe de travail « Ouverture sociale » de la Conférence des grandes écoles depuis 2005. Elle est également directrice exécutive de Together, la démarche de transition sociale et environnementale de l’ESSEC au sein de laquelle la diversité, l’égalité, l’inclusion et le respect d’autrui constituent des enjeux majeurs. Marie Morellet est directrice du développement du Centre Egalité des chances et a conçu et piloté le dispositif AERE.

 

A propos de l’ESSEC business School

L’ESSEC, fondée en 1907, est un acteur majeur de l’enseignement de la gestion sur la scène mondiale qui détient la « Triple couronne » en ayant les accréditations EQUIS, AACSB et AMBA. Avec 7 060 étudiants en formation initiale, une large gamme de programmes en management, des partenariats avec les plus grandes universités dans le monde, un réseau de 62 000 diplômés, un corps professoral composé de 142 professeurs permanents en France et à Singapour dont 19 professeurs émérites, reconnus pour la qualité et l’influence de leurs recherches, l’ESSEC perpétue une tradition d’excellence académique et cultive un esprit d’ouverture au service des activités économiques, sociales et de l’innovation. En 2005, l’ESSEC a ouvert un campus en Asie, l’ESSEC Asia-Pacific, stratégiquement situé à Singapour. Ce campus représente pour l’ESSEC l’opportunité de participer à la croissance de l’Asie et d’apporter son expertise dans cette région en pleine expansion. En 2016, l’ESSEC a ouvert un nouveau campus ESSEC Afrique à Rabat, au Maroc. L’expansion internationale de l’ESSEC permet à ses étudiants et professeurs d’étudier et comprendre les forces économiques en présence dans les différentes régions du monde. Pour toute information complémentaire : www.essec.edu

X
X