Le premier réseau mondial des universités et des Grandes écoles pour l’inclusion des personnes handicapées

Global University Disability and Inclusion Network (GUDIN) : le premier réseau mondial des universités et des grandes écoles pour l’inclusion des personnes handicapées est né à Paris

Le 9 avril 2019 à Paris, sous l’impulsion de Handicap International et de l’institut Harkin, universités, grandes écoles et instituts d’enseignement supérieur du monde entier ont posé les bases du premier réseau mondial destiné à mieux penser l’accès à l’enseignement supérieur des étudiants handicapés. 1 milliard de personnes sont aujourd’hui handicapées dans le monde. Sous-représentées dans l’enseignement supérieur, voir quasiment inexistantes, elles sont les grandes oubliées de la vie étudiante.

Enseignement supérieur & handicap : le maillon manquant

Comme l’éducation primaire et l’emploi, l’enseignement supérieur est un droit universellement reconnu qui continue d’être refusé à des millions de personnes handicapées. Les facteurs d’exclusion sont nombreux. Privés d’accès à l’éducation, plus de 32 millions d’enfants handicapés sont aujourd’hui exclus de l’école et n’ont, par effet domino, pas accès à l’enseignement supérieur. Pour les rares personnes en situation de handicap qui y parviennent, d’autres difficultés apparaissent : la prédominance des préjugés et l’inadaptation des universités et des structures de la vie étudiante aux handicaps.

 

« L’accès aux études supérieures est aujourd’hui le maillon manquant dans le parcours des personnes handicapées vers l’emploi. C’est la conséquence d’un manque d’engagement des acteurs de l’enseignement supérieur depuis des décennies. » estime Hervé Bernard, Directeur de l’inclusion socio-professionnelle de Handicap International.

 

L’enjeu est pourtant immense. Aujourd’hui le taux de qualification extrêmement faible des personnes en situation de handicap ne leur permet pas d’accéder à des emplois durables et dignes. Dans le même temps, les entreprises qui souhaitent intégrer des personnes handicapées ne parviennent pas à recruter sur des métiers à haute expertise.

 

Fédérer les acteurs de l’enseignement supérieur autour d’un réseau mondial

Quels sont les facteurs d’exclusion qui affectent la capacité des établissements d’enseignement supérieur à intégrer davantage les étudiants handicapés ? Est-il possible de définir une vision commune, partagée et globale d’un système d’enseignement supérieur inclusif ? sont autant de questions débattues ce lundi dans l’amphithéâtre du Conseil Régional d’Ile-de-France qui réunissait 60 participants issus des universités, des grandes écoles et des instituts d’enseignement du monde entier (France, Canada, Sénégal, Autriche, Sierra Leone, Palestine, Bangladesh, Egypte, Chine, Sénégal…)

Au terme de tables rondes qui ont permis d’échanger sur les bonnes pratiques déjà mises en œuvre (ex : La Conférence des grandes écoles, l’INSA Lyon, Association on Higher Education And Disability…), les participants ont posé les objectifs du réseau mondial GUDIN :

  • Échanger et partager les informations et bonnes pratiques en matière d’inclusion des personnes handicapées dans l’enseignement supérieur
  • Travailler à la construction d’un plaidoyer commun au niveau national et international
  • Être force de conseil et de ressources pour améliorer l’accessibilité et les pratiques pédagogiques des établissements de l’enseignement supérieur
  • Structurer et accompagner la collecte de données sur l’accès des étudiants handicapés aux études supérieures
  • Améliorer la visibilité des départements qui travaillent sur les questions de handicap au sein des universités.

 

Pour cette première année d’existence, c’est l’Association on Higher Education And Disability qui prendra la présidence du réseau avec l’appui de Handicap International.

 

X
X