L’impact… C’est l’Impact…

La crise terrible que nous venons de vivre, que nous vivons encore, nous rappelle tous à notre humanité. Et ce qu’elle a de plus essentielle : y être utile, y être solidaire, en être une partie de la solution, et du progrès qu’elle mérite. Passer au-delà des fractures que tout tremblement de terre génère. Et participer de cette nécessaire régénération que le confinement aura, pour partie, donné envie de voir fleurir, pour revitaliser ce qui vous donne envie de vous lever le matin. En résumé, cette crise nous pousse à participer à l’oxygénation, et à la nécessaire respiration, plus apaisée, plus profonde, plus consciente, de notre monde, dont beaucoup se sont souvenu qu’il était partagé et interconnecté, pour le pire et le meilleur.

Dans mon entreprise, acteur engagé de la décarbonisation, et donc de l’oxygénation, comme dans plusieurs autres, publiques comme privées, petites comme plus grandes, nous avons ainsi observés en quelques semaines, que ce qui n’avait pas été possible depuis plusieurs années l’est parfois devenu en quelques heures pour faire face à la pandémie, et cela est une bonne nouvelle, structurante sur la suite. Partout dans le monde, dans tant de domaines, qu’il s’agisse de télétravail, d’enseignement, de transports, de commerce, des habitudes ont été changées, des barrières psychologiques, juridiques, pratiques ont été levées. Ces acquis sont signifiants.

Nous œuvrons chez Engie à conserver cette même énergie, cette même capacité d’innovation alors que nous allons (tous) devoir inventer les réponses à une crise économique tout à fait singulière, ce n’est pas une crise de cycle. Nous continuons à œuvrer à voir plus loin, et qualifier la croissance que nous voulons, sur trois enjeux :

  • une croissance riche en emplois qualifiés et dans nos territoires,
  • une croissance qui développe le secteur du soin, du bien-être et de la santé,
  • une croissance qui décarbone l’économie.

C’est tout le sens d’une de nos valeurs chez Engie, qui est le « caring ».

Et c’est tout le sens de ce que nos acteurs internes engagés demandent encore plus en ce moment : avoir un impact, positif, être utiles, être reliés. Cela était déjà le cas depuis plusieurs années, c’est ainsi que les candidatures chez nous avaient augmenté de 30% ; notamment féminines, car notre mission de leader de la transition vers le zéro carbone motive et attire des talents de plus en plus citoyens.

Nous observons que notamment sur ces profils de plus en plus nombreux, l’intérêt général est l’affaire de tous.  Avoir un impact positif est d’ailleurs désormais une dimension inscrite dans notre raison d’être. Ce qui signifie concrètement faire émerger des solutions utiles à la société, aux territoires, aux populations fragiles. Nous avons besoin d’entreprises qui agissent pour le bien commun. C’est aussi la condition de l’attractivité d’ENGIE dans la durée, pour ses clients et ses collaborateurs et les jeunes recrues.

Dans ce processus de transformation culturelle, hier et encore plus demain, nos communautés internes et externes sont un puissant accélérateur de connexions, d’idées et de business for good. Parce qu’elles sont riches de personnes créatives, engagées et connectées au monde. Par exemple, nous avons choisi de relier et valoriser les explorateurs entre eux pour qu’ils deviennent par capillarité des acteurs de l’impact positif d’ENGIE.  Nous avons créé chez Engie la ENGIE GOOD GALAXY, une plateforme qui fédère et valorise tout ce qui se fait en innovation sociétale dans le Groupe. Toutes nos actions, passées et futures, contribuent à concrétiser la raison d’être d’ENGIE : avoir un impact positif sur les personnes et la planète. Nous œuvrons dans le Groupe et avec des entrepreneurs sociaux de tous horizons. À travers nos Engie People Labs. Mais aussi grâce à des coalitions (BNP DANONE ENGIE # INTRAFORGOOD) ou des mouvements spécifiques (CREATIV LAB des jeunes embauchés et étudiants).

Le tout en lien avec les 17 Objectifs de Développement Durable de l’ONU. Encore plus cruciaux et guidants dans l’après-crise. Notre moteur, vous l’avez compris, c’est l’intelligence coopérative, celle qui permet de créer du lien utile, source de régénération pour le monde de demain.

 

Alors quel message vers vous, acteurs engagés de l’éducation au sens large ? Continuons à ouvrer ensemble pour accélérer l’émergence de talents 360 degrés.

Nous savons que 60% de nos métiers de demain ne sont pas encore inventés, mais nous connaissons le moteur et le sens. Écoutons, inventons, partageons. En coalitions.

Le combat pour le climat, pour la régénération des territoires, pour la biodiversité est riche d’opportunités pour la France et son système éducatif. Riche de réalisations combinant intelligences digitales et humanistes. Transversalités.

Une certitude, les « soft skills » sont et seront clés pour réussir ensemble demain.

Les jeunes talents (comme les autres) demandent à s’ouvrir à de nouvelles formes de penser et agir.

Réveiller, connecter, inventer, fédérer, agir : les motos pour donner les armes à la génération de la régénération.

Ce qui suppose également une attention -et des cours- particuliers, portée chez vous comme chez nous à développer des compétences-cœur : curiosité, confiance en soi et en l’autre, entrepreneuriat intérieur, envie et usages de transversalités, estime de soi, capacité à rendre simple les choses complexes, respect et inclusion de l’autre, et attention portée au vivant au sens large (l’être humain comme acteur de la planète, au cœur d’écosystèmes et d’autres êtres vivants à protéger).

 

Soyons tous acteurs de l’impact positif, s’unir pour transformer une crise en opportunités, s’unir en conscience pour que le futur soit respirable pour nos plus jeunes, qui seront un jour à notre place, et nous jugerons j’espère pour le meilleur, quoi de plus motivant en ces temps incertains ?

 

Valérie Gaudart, Directeur Culture, Communautés, Engie people Labs
valerie.gaudart@engie.com 

 

A propos de Valérie Gaudart

Valérie Gaudart est Directeur Culture, Communautés, Engie people Labs, dans le codir de la Direction de la Communication groupe ENGIE. Elle est membre de la CGE depuis 5 ans, membre de la CEFDG depuis 1 an, et en conseil dans plusieurs établissements éducatifs. Elle travaille chez Engie depuis 22 ans, dans des fonctions de management ou de prospective, de terrain et de corporate. Elle a ainsi été DRHetDircom de BU en France, mais également auparavant Directeur Marketing, Directeur de l’Observatoire des Salariés, ou Directeur de cabinets des DGA RH et responsable du recrutement et de l’innovation RH. Dans ses fonctions actuelles, elle conduit une prospective des tendances montantes sociétales, anime et connecte des communautés engagées au service des transformations sociétales (internes et externes), notamment dans un think tank prospectif (le Engie people Lab’), et est force d’action dans les sujets d’Employee Value proposition, et influence employer basée sur le réel. Elle est membre de plusieurs réseaux externes engagés dans les transformations positives, les coalitions, et l’entreprenariat. A titre personnel, elle est originaire de Guadeloupe, écrit des livres de fantasy, et est mère d’un adolescent

 

A propos d’ENGIE

Nous sommes un groupe mondial de référence dans l’énergie bas carbone et les services. Notre raison d’être est
d’agir pour accélérer la transition vers un monde neutre en carbone, grâce à des solutions plus sobres en énergie
et plus respectueuses de l’environnement, en conciliant performance économique et impact positif sur les
personnes et la planète. Nous nous appuyons sur nos métiers clés (gaz, énergies renouvelables, services) pour
proposer des solutions compétitives à nos clients. Avec nos 170 000 collaborateurs, nos clients, nos partenaires et
nos parties prenantes, nous formons une communauté d’Imaginative Builders, engagés chaque jour pour un
progrès plus harmonieux.

Chiffre d’affaires en 2019 : 60,1 milliards d’euros. Coté à Paris et Bruxelles (ENGI), le Groupe est représenté dans
les principaux indices financiers (CAC 40, DJ Euro Stoxx 50, Euronext 100, FTSE Eurotop 100, MSCI Europe) et
extra-financiers (DJSI World, DJSI Europe et Euronext Vigeo Eiris – World 120, Eurozone 120, Europe 120, France
20, CAC 40 Governance).

X
X