Quête de Sens et Management chez les peuples Premiers : une autre vision du monde…

Dans un contexte sociétal de perte de sens, de stress, de démotivation, de burn-out, de surconsommation, d’isolement, à l’heure où les questions d’écologie et des limites viennent remettre en cause les fondements-mêmes de nos sociétés, un changement de paradigme est nécessaire.

 

Si nous faisions un détour par les peuples-Racines, pour nous inspirer d’autres visions du monde, d’autres façons de voir et d’agir ?

Ils vivent dans des montagnes, des forêts, des déserts, au bord des mers ou des rivières. Semi-nomades ou sédentaires, ces peuples Autochtones ont sû garder une relation ancestrale harmonieuse avec le Vivant.  Sociétés millénaires, elles possèdent des connaissances et des pratiques qui allient tradition et modernité.

 

1 ) Le rapport à la Nature et au Sacré chez les peuples Indigènes : Racine fondamentale pour donner du SENS

En Occident, nous nous sommes déconnectés de la nature. Celle-ci est devenue une réalité extérieure à notre nature Humaine.

Pour les sociétés-racines,  l’Homme EST Nature. « Nous sommes les Arbres, nous sommes les animaux, nous sommes l’eau »…  Dans leur philosophie animiste et holistique,  tous les êtres vivants ont une pensée, une force spirituelle, une énergie, qui met la vie en mouvement et TOUT EST INTERDEPENDANT : humains ; non-humains, éléments visibles ou invisibles.

Dans cette vision SYSTEMIQUE DU MONDE, chacune des expressions du vivant est capable d’entrer en communication avec les autres.

S’en découle une vision commune, porteuse de Sens pour Agir : comment préserver la Biodiversité et vivre de manière prospère collectivement ?

 

2) Un management  éthique et responsable pour  une finalité d’Equilibre : avec soi-même, avec l’Autre, avec le milieu.

 L’organisation s’appuie sur des valeurs fondées sur les principes du Vivant : la Coopération et l’Harmonie

Naturellement, le fonctionnement de l’organisation s’appuie sur le biomimétisme : il s’agit d’observer et écouter la Nature, suivre ses règles et ses principes de fonctionnement car à tout moment, celle-ci sait déployer son ingéniosité pour s’adapter et retrouver l’équilibre.

Incarnées et partagées par Tous, ces valeurs sont mises en vie dans les pratiques quotidiennes :

  • Dans ces sociétés-racines, le pouvoir est canalisé et partagé : il n’y a pas de hiérarchie – Pour autant, des Leaders sortent du lot selon leurs connaissances et leur expertise, reconnue et légitimée par le groupe.
  • Dans ces sociétés communautaires, le « Je / individu » n’a de sens qu’en lien avec l’Autre, avec l’Altérité. Le « Je » est au service du « Nous ».
  • Sociétés participatives, elles misent sur l’Intelligence collective, où chacun est libre de faire ses propositions.
  • Elles fonctionnent sur un principe de co-responsabilisation : la liberté de l’individu est associée à la  conscience de la responsabilité vis-à-vis de l’ensemble des individus.
  • Le Sens de la coopération, c’est le Projet Commun. Le  groupe s’organise par projets, avec une répartition des rôles. Le principe de subsidiarité  permet d’apporter une valeur ajoutée à chaque situation. Ensemble, on apporte une réponse globale à un projet.
  • Les échanges sont fondés sur le Principe du Don et de la Réciprocité (qui est à la base du Vivant) : on donne, on reçoit, on fait circuler les biens, les données.
  • Les individus sont valorisés dans leurs savoirs et compétences dans les pratiques quotidiennes. La  formation continue se fait naturellement, par l’entraide et par la formation en institutions. La différence est une force pour le groupe, qui renforce ainsi sa capacité créative et d’adaptation.
  • La culture du groupe, sa mémoire, son identité, se co-construit oralement et collectivement : la société est faite pour donner du Sens.
  • La parole partagée dans des espaces collectifs permet de co- construire une réponse à un problème,   co-construire l’histoire du groupe ; éclaircir une situation, réguler les énergies, canaliser les émotions, gérer les conflits..

Ce sont ces VALEURS,  cette « activisme » spirituel et incarné dans les pratiques quotidiennes, qui fondent la culture de la communauté. Elles renforcent les liens intra-groupes et extra-groupes. Plus elles sont partagées et incarnées dans l’expérience,  plus le groupe est capable de travailler ensemble.

3) Une gestion durable et éco-reponsable des ressources, dans un temps cyclique :

En ce qui concerne la gestion des ressources naturelles, l’Eau, l’air, la terre, les espèces animales et végétales, ont une valeur sacrée.  Il y a donc, de fait, une notion de respect, de préservation, de gestion durable des ressources.

Sociétés éthiques et solidaires, la notion d’accumulation n’existe pas : on utilise que ce dont on a besoin, au moment où on en a besoin, et les ressources sont partagées dans le groupe.

Par ailleurs …. Pas de burn-out, ni de stress ! Les peuples Autochtones ont une vision circulaire du temps . C’est le temps de la Nature, de la Vie, des saisons, qui régit le Monde …
Les projets sont ainsi construits sur un temps cyclique, qui laisse le temps naturel de la maturation et de l’efficience.

Karine Massonnie
Terres Indigènes

A propos de Karine Massonnie

Franco-canadienne, je suis Coach (certifiée), formatrice, conférencière,  et ethnoreporter (spécialiste des peuples Premiers). Je suis fondatrice-dirigeante de l’entreprise Terres Indigènes.

Aventurière « atypique », je parcours le monde en solitaire depuis 25 ans pour rencontrer les peuples Indigènes et vivre en immersion auprès d’eux sur les 5 continents.

Mes randonnées au cœur de la nature et ses partages de vie quotidienne avec les Amérindiens du Nord et du Sud, les Bushmen du Bostwana, les Khalkas de Mongolie, les Sââmes de Laponie, les Aborigènes d’Australie, …  se sont révélés être une fabuleuse école de la Liberté d’Etre et d’Agir.

En France comme à l’international; mes interventions auprès des stagiaires, des Managers et des équipes visent à transmettre des valeurs Humanistes, avec une ouverture sur d’autres visions du monde, favorisant le partage des différences et des complémentarités, pour mieux inter-agir et créer ensemble de nouveaux modèles.

Par ailleurs, elles visent à développer auprès des organisations plus de conscience et de SENS pour contribuer à un engagement, une efficience et un mieux-être, individuel et collectif, durables.

X
X