Plein cadre sur l'action au cœur des pôles Recherche et Développement des grandes écoles et sur les données de THESA - CGE

Plein cadre sur l’action au cœur des pôles Recherche et Développement des grandes écoles et sur les données de THESA

L’imagerie médicale avec le système de radiographie EOS – Un projet d’œil artificiel – sont les deux innovations que nous vous présentons dans ce numéro. Et en conclusion deux thèses thématiques référencées sur THESA.

EOS, innovation majeure en imagerie médicale : Arts & Métiers ParisTech fait progresser la recherche en biomécanique

Désormais, 28 hôpitaux dont 9 en France sont équipés du système de radiographie EOS. EOS est un système d’imagerie médicale 2D/3D qui révolutionne la radiographie traditionnelle : les doses d’irradiation sont très basses et l’image est en 3D. Le laboratoire de Biomécanique d’Arts et Métiers ParisTech a participé à la conception de EOS, en coopération avec Georges Charpak (EOS IMAGING).

Recherche pluridisciplinaire : EOS résulte de 2 apports scientifiques complémentaires, d’une part, la basse dose d’irradiation, mise au point par Georges Charpak, et, d’autre part, la modélisation en 3D, conçue par le laboratoire de Biomécanique d’Arts et Métiers ParisTech en partenariat avec le laboratoire d’Imagerie et d’orthopédie de Montréal, et les professeurs J.Dubousset et G.Kalifa. Une grande part des travaux du laboratoire de Biomécanique d’Arts et Métiers ParisTech porte sur la modélisation musculosquelettique et les innovations cliniques. Les applications sont particulièrement nombreuses : médecine du sport, sécurité automobile, et restauration du mouvement.

Système et applications révolutionnaires : EOS sert aux études squelettiques, ostéo‐articulaires et orthopédiques. A partir de deux vues planes, le système reconstitue en 3D le squelette du patient, qui ne subit que de faibles doses de rayons X (8 à 10 fois moins qu’en radiologie traditionnelle et 800 à 1000 fois moins que les doses de certains scanners). De surcroît on radiographie le patient debout, ce qui permet de détecter des anomalies invisibles en position couchée. La visualisation en 3D des zones de lésions et des troubles posturaux améliore le diagnostic des pathologies du squelette (scolioses, arthroses, ostéoporose, etc.). Les enjeux financiers de ces pathologies sont importants : en France, le coût des fractures dues à l’ostéoporose augmente de 1 milliard € par an. Et 10 à 12 % de la population souffrent de problèmes de rachis.

X
X