L’avenir de l’éducation internationale

L’avenir de l’éducation internationale par The Future Laboratory à la demande de Western Union Business Solutions

Enquête : L’avenir de l’Enseignement Supérieur : étude The Future Laboratory / WUBS

Interview de Marc-Elie Caspar, directeur général de Western Union Business Solutions France

 

1/ Western Union Business Solutions vient de publier avec The Future Laboratory, une étude très intéressante sur l’avenir de l’Enseignement Supérieur, pourquoi Western Union Business Solutions s’intéresse-t-il à l’enseignement supérieur ?

Nous sommes très présents sur le secteur de l’éducation. Plus de 700 universités et Grandes écoles nous font confiance.
En Grande-Bretagne par exemple, 8 des 10 premières universités mondiales dans les classements, et 18 des 20 premières universités anglaises sont des clientes de Western Union Business Solutions. C’est la première raison, ce sont nos clients et nous sommes à l’écoute des attentes de nos clients.

La deuxième raison, est que nous avons, via notre fondation, une action forte auprès du secteur de l’éducation à travers le monde. En 2018, La Western Union Fondation a subventionné à hauteur de 10,7 millions de dollars des initiatives liées à l’éducation dans 47 pays. Vouloir en tant que fondation soutenir le progrès économique et le progrès démocratique, c’est d’abord se concentrer sur la situation des plus jeunes et des plus fragiles, par exemple, dans de nombreux pays, il s’agit de favoriser l’accès des jeunes filles à l’enseignement supérieur. Au total, ce sont plus de 191 000 étudiants financés et aidés jusqu’à présent, notamment via des bourses d’études.

Nous sommes donc présents auprès des établissements qui sont nos clients et auprès des étudiants que nous accompagnons. L’éducation est un secteur extrêmement dynamique qui forme les professionnels de demain. Les deux aspects nous intéressent : l’aspect très immédiat, qui est celui de fournir aux établissements de l’enseignement supérieur les solutions de paiement les plus innovantes et sécurisées, afin de permettre aux étudiants étrangers de payer leurs frais et droits d’inscriptions en ligne, en temps réel et en devise locale. Les étudiants économisent sur les frais bancaires importants et sur les taux de change incertains pratiqués parfois, grâce à notre couverture mondiale de 130 devises disponibles sur 200 pays et territoires. Et puis le deuxième aspect en effet, qui est la manifestation de notre engagement pour une école et un enseignement supérieur international, plus inclusif.

 

2/ Cette enquête est-elle une première ? Envisagez-vous une prochaine édition ?

Oui, c’est la première du genre. Notre volonté est d’apporter plus de contenu à ce secteur. Nos équipes travaillent beaucoup par approche sectorielle. Nous disposons d’une équipe d’analyse de marchés et nous intervenons régulièrement pour la presse et pour nos clients.  Nous souhaitons évidemment que cette étude de fond sur les étudiants à l’international, soit la première d’une longue série.

 

3/ Comment avez-vous constitué le panel d’étudiants ? Sont-ils présents dans tous les pays où Western Union Business Solutions est implanté ?

Sur le panel de 225 étudiants internationaux, nous avons interrogés 66% d’asiatiques, dont 36% de Chine et d’Inde. Pour le reste du panel, il se compose d’étudiants d’Afrique, d’Europe, des Etats-Unis, et d’Amérique du Sud.

 

4/ Avez-vous beaucoup de français dans le panel ?

Nous n’avons pas raisonné par pays, mais par continents. Les Français sont représentés au sein de l’Europe.

 

5/ Avez-vous, au travers les réponses des étudiants, enregistré des différences notables selon les continents ?

C’est un des enseignements de l’étude : les différences ne se font pas selon l’origine géographique. En revanche, il y a des vrais blocs de comportements et d’aspirations homogènes en fonction des cinq profils, quel que soit la nationalité. Ainsi, nous pouvons dire que, parce qu’elle regarde vers l’international, cette jeunesse mondiale et globalisée partage les mêmes aspirations profondes, au-delà du pays ou du continent d’origine. Ce sont cinq tendances fortes qui se dégagent de ces populations, bien plus que des critères par pays.

Est- ce que le message doit être différent lorsque l’on s’adresse à des étudiants Indiens, Emiratis ou Chinois, les résultats de l’étude ne le montrent pas. En revanche nous retrouvons l’Emirati, l’Indien ou le Chinois catégorisé dans un des blocs et ce, quelle que soit sa nationalité.

 

6/ Vous évoquez le concept d’étudiants transnationaux et pas internationaux, en quoi consiste la différence ?

L’étudiant international classique, c’est celui qui est issu d’un pays A et qui va étudier dans un pays B. Il se situe sur 2 pays, le sien et le pays d’étude. La nouveauté et la tendance qui se dégage, c’est le fait d’être entre les frontières nationales et finalement au-delà des frontières nationales. Ce concept de transnational est notamment lié à conscience écologique des étudiants sur leur volonté de maîtrise leur empreinte carbone.

Un étudiant, peut très bien étudier dans un établissement dans son pays d’origine, dans une université américaine par exemple et prendre quelques modules d’une université française en ligne. Il va ainsi être maîtriser, son empreinte carbone tout en bénéficiant d’une formation internationale et ce, quel que soit le pays dans lequel il se trouve. La notion de frontière s’estompe. L’étudiant transnational ne se situe plus dans la logique classique d’être dans un pays A pour aller vers un pays B, mais il est dans cette capacité, tout en restant dans son pays, de profiter à distance de la marque, de la notoriété, de la qualité d’un enseignement et des meilleurs professeurs des établissements internationaux les plus prestigieux. Grâce à la digitalisation de l’enseignement, l’étudiant se situe désormais et au-delà des frontières.

 

7/ Quel est, selon vous, l’enjeu essentiel à l’international, pour les établissements d’enseignement français ?

Je n’ai pas de compétences pour apporter une cette analyse, mais si on regarde les succès des établissements français, il y a quand même une part de la réponse chez ceux qui sont très attractifs. Cette capacité à incarner et proposer une marque forte et internationale apparaît déterminante. Un autre aspect aussi semble le fait que les étudiants ne recherchent pas uniquement un enseignement ou une signature sur un diplôme, mais aussi une expérience. L’expérience passe par des valeurs, des rencontres et à avoir étudié dans différents pays, procure des expériences de vie, un parcours et des émotions recherchées par la jeunesse.

 

8/ Dans les priorités des étudiants l’environnement et le développement durable apparaissent bien placés

Nous confirmons là tendance lourde. Cette nouvelle génération a une conscience écologique très aiguisée, et l’utilisation massive des outils digitaux, pour travailler et communiquer répond aussi à cette aspiration de développement durable, et de maîtrise de l’empreinte carbone.

Pour autant nous constatons aussi la notion « d’étudiant conscient ». 70% des étudiants sont conscients de l’impact des technologies et ont fait le choix d’une désintoxication au numérique pendant au moins 1 à 2 jours. Autant la technologie est un élément clé et non négociable de leur quotidien, autant ils sont conscients du potentiel impact négatif des technologies sur un bien-être qu’ils n’entendent pas sacrifier.

 

9/ Sur un plan économique et social, comment envisagez-vous l’année 2021 ?

A l’issue du confinement et des étapes de déconfinement, nous sommes en train d’assister à ce qui ressemble à une reprise en V. Nos moteurs économiques semblent bien repartir grâce à l’injection massive de liquidités par les banques centrales, des plans du soutien inédit des États pour soutenir les entreprises, et particulièrement en France et en Europe. Ce sont des signes très encourageants d’une reprise très rapide que l’on n’avait pas forcément anticipée. Nous nous demandions si la reprise serait en V, en U ou en W. Il reste encore à confirmer s’il s’agit d’une tendance de fond qui va durer ou s’il s’agit d’une reprise ponctuelle. Nos clients globalement semblent bien redémarrer, et se montrent plutôt optimistes.

Nous allons devoir suivre de près l’évolution de la crise sanitaire et son impact économique sur les entreprises avec notamment des plans sociaux qui se multiplient et qui pèseront sur les chiffres du chômage. Cela pourrait avoir des conséquences sur la consommation des ménages et donc sur le commerce international.

 

A propos de Marc-Elie Caspar

Marc-Elie Caspar est directeur de Western Union Business Solutions pour la France et le Benelux.

En tant que leader dans le domaine des paiements en devises et de la couverture du risque de change, Western Union Business Solutions aide les entreprises et organisations internationales à se développer dans le monde entier, grâce à l’un des plus grands réseaux de paiement au monde, des puissantes plateformes digitales, des services et experts pour simplifier la gestion des flux de trésorerie.

Marc-Elie accompagne depuis près de 20 ans les grandes entreprises, les PME et les institutions financières dans leurs problématiques de gestion des risques à travers son expertise dans les solutions BtoB.

Avant de rejoindre Western Union en 2016, Marc-Elie a occupé pendant de nombreuses années des postes de direction commerciale en France et au Moyen-Orient dans des entreprises internationales de premier plan, dans le domaine de l’information financière et du risque de crédit (Dun & Bradstreet), ou sur des problématiques de gestion de la réputation, de la conformité et de la lutte contre le blanchiment d’argent et la corruption (LexisNexis).

Marc-Elie Caspar est diplômé de l’IAE de Paris (Sorbonne Paris 1).

 

A propos de Western Union Business Solutions

Western Union Business Solutions permet aux entreprises de toutes tailles d’envoyer et de recevoir des paiements de l’étranger et de gérer le change. Forts d’une solide expertise dans les mouvements de fonds dans le monde entier, d’un accès à plus de 130 devises et d’un réseau financier mondial couvrant plus de 200 pays, nous aidons nos entreprises à réduire le temps nécessaire à la gestion de leurs transactions financières internationales afin de le consacrer à leurs activités.

Nous bénéficions d’une vaste expérience auprès de nos clients dans une variété de secteurs, y compris l’import et l’export, les vins et spiritueux, l’agriculture, le forage et les activités à but non lucratif. Nous proposons également des solutions personnalisées pour les institutions juridiques, financières et éducatives.

Western Union Business Solutions est l’un des premiers fournisseurs au monde de paiements commerciaux internationaux. Western Union Business Solutions mène ses activités par le biais de sociétés affiliées habilitées dans plus de 30 pays.

Les solutions de paiement innovantes, digitales et intégrées de Western Union Business Solutions sont utilisées par plus de 700 établissements d’enseignement supérieur pour permettre aux étudiants de régler leurs frais de scolarité et aux établissements de gérer leurs factures en devises.

 

X
X