L’ESIEA met l’humain au cœur de sa formation d’ingénieur

Toujours plus internationale, collaborative, pluridisciplinaire, innovatrice…  la fonction d’ingénieur s’est largement diversifiée au cours des dernières années. Les ingénieurs d’aujourd’hui doivent déjà être capables de gérer des situations aussi bien techniques, qu’humaines, d’éthique, économiques, sociales, légales ou environnementales.

 

Concilier compétences techniques, scientifiques et humaines

L’ESIEA a pour devise “personne ne sait de quoi sera fait le monde de demain. Nous, nous vous y préparons”. Il en est de même pour les évolutions des métiers auxquels elle forme. Mais il ne fait déjà plus aucun doute quant au fait que la synergie entre savoirs, savoir-faire et savoir-être va continuer à se développer.

La responsabilité, l’esprit d’initiative, l’empathie, la solidarité et l’entraide sont des éléments clés pour l’ingénieur de demain. Depuis plus de 60 ans, l’ESIEA s’attache à faire en sorte que tous ses étudiants puissent en bénéficier, en s’adaptant, encore et encore aux évolutions du monde dans lequel nous vivons.

Chaque année, ils dédient un tiers de leur temps aux Projets de Formation Humaine. L’objectif ? Leur permettre d’apprendre, en situation réelle, à penser autrement, à mieux se connaître eux-mêmes et à comprendre l’autre.

 

Des projets par les étudiants, pour les étudiants, avec les étudiants

Savoir communiquer, écouter les autres, développer sa créativité, apprendre à s’affirmer au sein d’un groupe, supporter les critiques, gérer des conflits… Chaque étudiant a des besoins spécifiques en fonction de son parcours et de sa personnalité.

Ils/elles proposent des idées de projets, non techniques qui les attirent, leurs parlent. Ce premier pas est déjà en soi, une prise de décision, un choix fait en groupe une prise de libertée, responsabilité, d’appropriation. De la simple idée de projet à la recherche de partenaires en passant par le développement d’une équipe et la recherche de financement, l’ESIEA leur laisse une totale autonomie. Ils peuvent alors apprendre librement à gérer eux-mêmes leurs projets, faire vivre leurs idées et trouver quelles sont les méthodes de travail les plus adaptées à leurs personnalités.

 

S’ouvrir aux autres et à soi-même

Les Projets de Formations Humaines de l’ESIEA sont parfois idéalistes, souvent humanistes et toujours tournés vers les autres.

De nombreux étudiants de l’ESIEA trouvent en ces projets une occasion d’agir pour réduire les inégalités, notamment la fracture numérique qui sépare les populations aisées et défavorisées, jeunes et âgées, urbaines et rurales…

Grace aux étudiants de l’ESIEA, les élèves de primaire de région parisienne et de Mayenne bénéficient notamment d’ateliers de prévention sur les risques d’internet, mais aussi d’ateliers de robotiques au cours desquels ils apprennent à construire leurs propres robots en prévision du concours ROBOrave.

Nos étudiants interviennent aussi auprès des réfugiés et demandeurs d’asile, mais également auprès des seniors, dans le cadre d’un partenariat avec la banque Crédit Mutuel à Laval ou avec la mairie du Vème à Paris.

Initiation à la culture urbaine française auprès des étudiants étrangers, création d’une pièce de théâtre, formation d’un club de Parkour… D’autres projets plus artistiques et culturels permettent aussi aux étudiants d’apprendre à s’ouvrir, à s’exprimer et à communiquer avec les autres.

Les Projets de Formation Humaine vont au-delà même des simples considérations professionnelles. Pour les étudiants, il ne s’agit pas uniquement de développer de nouvelles compétences dans le seul but de plaire encore davantage aux entreprises.

Il s’agit avant tout pour eux de se révéler et de découvrir de nouveaux horizons. Le métier d’ingénieur est pluriel. L’ESIEA souhaite que ses étudiants en prennent conscience et apprennent à y intégrer leur personnalité et leurs passions. Et puisque le métier évolue sans cesse, c’est à eux, futurs ingénieurs, de saisir l’opportunité et de faire en sorte que l’ingénieur de demain soit à leur image !

 

Bruno Bisaro, responsable des Projets de Formation Humaine à l’ESIEA campus de Paris

Morgane Le Merrer, responsable des Projets de Formation Humaine à l’ESIEA campus de Laval

 

A propos de Bruno Bisaro

Ecrivain, poète, comédien, auteur, compositeur, interprète, Bruno Bisaro est également « coach » et « chef d’orchestre » à l’ESIEA. Responsable des Projets de Formation Humaine à l’ESIEA campus de Paris.

Diplômé de Kedge où il a appris l’art du management, Bruno Bisaro a ensuite été formé par Blanche Salant à l’atelier international de théâtre, a joué sur scène dans plusieurs dizaines de créations en France comme à l’étranger et a dirigé de nombreux projets culturels et artistiques. Il enseigne par ailleurs l’art dramatique depuis une quinzaine d’années. Une rencontre avec la direction de l’ESIEA l’a plongé dans le bain du numérique en 2013 « un peu par hasard ».

L’ESIEA a vu dans son profil original une opportunité pour enrichir la formation de ses élèves-ingénieurs. Le « saltimbanque » a relevé le défi, pour « apprivoiser » un univers qu’il ne connaissait pas : en allant au-delà des idées reçues sur les « geeks », il a découvert l’extraordinaire potentiel du numérique qui touche tous les domaines d’activité « et qui n’est pas aussi compartimenté qu’on le croit ». Il a compris la nécessité de transmettre aux élèves-ingénieurs des compétences humaines fondamentales, comme la gestion de projet, l’esprit collaboratif, le sens de l’initiative et de l’organisation, l’expression orale, etc.

 

A propos de Morgane Le Merrer

Morgane Le Merrer est Responsable des Projets de Formation Humaine sur le campus ESIEA de Laval.

Mentor des étudiants, elle leur apporte un accompagnement bienveillant, s’assure du bon déroulement de leurs projets, apporte un oeil externe sur l’organisation du groupe et, surtout, prodigue de nombreux conseils.

Ancienne professeure de français à l’Institut français du Japon, elle est titulaire d’un Master Didactique des Langues de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales).

De retour en France, elle met en place une exposition centrée sur Les Cordées de la Réussite en juin 2013 à Paris et continue d’enseigner le français en tant que langue étrangère à Rennes.

Son parcours original, loin du monde de l’ingénierie, lui permet de contribuer à ouvrir encore davantage l’esprit des étudiants de l’ESIEA. Grâce à elle, ils apprennent à comprendre l’autre et à adapter leur discours face à quelqu’un qui ne partage pas le même cadre de référence qu’eux.

Morgane s’intéresse profondément aux étudiants et à leur réussite, aussi bien personnelle que professionnelle. A travers les Projets de Formation Humaine qu’ils développent ensemble, elle souhaite leur permettre de s’épanouir autrement, de manière libre, créative et sensible. Il s’agit pour elle d’une relation d’enrichissement mutuel : les étudiants lui apportent au moins autant qu’ils apprennent de ses conseils.

 

A propos de l’ESIEA

L’ESIEA est une grande école d’ingénieurs dédiée à l’enseignement et à la recherche en sciences et technologies du numérique. Implantée à Paris, Ivry-sur-Seine et Laval, elle forme des experts de l’innovation, managers et entrepreneurs.

Plus que de simples professionnels du numérique, les ingénieurs ESIEA sont avant tout des hommes et des femmes. Le Diplôme d’Ingénieur met donc l’accent sur l’acquisition de solides compétences à la fois techniques et humaines.

Acteur historique de la révolution numérique et du monde technologique contemporain, l’ESIEA appartient à l’ensemble de ses plus de 8 000 anciens élèves qui la dirigent et l’animent bénévolement et de manière bienveillante depuis 60 ans.

 

X
X