Former au management responsable pour donner du sens au travail et créer de la valeur partagée

Tous en quête de sens au travail

Le sens au travail fait certes débat dans les entreprises, pour autant toutes les études menées sur le sujet indiquent son importance cruciale pour tous les salariés, cadres ou non, jeunes ou moins jeunes, y compris pour les entrepreneurs. Les signes de mal-être au travail sont légion : du « burn-out » (ou épuisement professionnel) au « bore-out » (ou ennui au travail), en passant par le plus récent « brown-out » (perte de sens au travail) théorisé par deux chercheurs britanniques et suédois. Cette quête de sens au travail s’inscrit dans le mouvement de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) qui ne cesse de gagner du terrain dans les organisations de tout secteur et de toute taille. Les stratégies et pratiques de RSE visent à intégrer les problématiques sociales et environnementales dans le fonctionnement des entreprises. Autrement dit, il s’agit de donner du sens…

 

Former nos élèves ingénieurs au management responsable 

Pour Mines Saint-Etienne, mettre de l’utilité et du sens dans l’action se traduit par la volonté affirmée de former les futurs ingénieurs au management responsable. Aussi, toute une palette de modalités pédagogiques est mise en œuvre pour sensibiliser les jeunes et leur donner des clés pour diffuser cet état d’esprit dans leurs futures entreprises. Depuis 2014, un module d’ouverture entièrement consacré au développement durable et à la RSE est inscrit dans le cursus des élèves ingénieurs dès la 1ère année. Des enseignements font explicitement référence à la notion de sens au travail, comme éthique pour l’ingénieur, nouveaux modes de management (avec un focus sur l’entreprise libérée) ou encore la réalisation d’un audit de performance globale en coopération avec le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD). Par ailleurs, des activités pédagogiques basées sur la méthode du Design Thinking sont proposées aux trois promotions durant deux journées autour d’une thématique renouvelée chaque année. En 2018, le thème de l’autonomie a été choisi faisant référence au handicap, au vieillissement de la population, à la précarité, autant de sujets en lien étroit avec les défis sociétaux actuels.

 

Un levier de performance globale au cœur de la digitalisation

Envisagée comme une innovation managériale, le management responsable constitue une source de performance globale pour les organisations, au sens où la réussite repose désormais sur bien plus qu’une performance purement économique. Dans l’optique de la RSE, une performance globale renvoie à des dimensions sociale, environnementale et sociétale. Aussi, l’avenir semble appartenir aux organisations qui seront en capacité de créer de la valeur partagée entre leurs diverses parties prenantes.

Atteindre cet objectif implique de placer agilité et intelligence collective au cœur du management, notamment dans le contexte de la transformation numérique en cours qui bouleverse l’organisation du travail. L’entreprise du futur centrée sur la technologie ne réussira qu’à condition de mettre l’humain au cœur de ces changements profonds. Et notre défi d’enseignants-chercheurs est d’accompagner nos étudiants pour qu’ils s’épanouissent dans leur vie professionnelle comme ingénieurs-managers responsables et humanistes !

 

Sandrine Berger-Douce
Professeure à Mines Saint-Etienne
Chercheure titulaire à Coactis (EA 4161)

 

A propos de Sandrine Berger-Douce

Sandrine Berger-Douce est Professeure en Management à Mines Saint-Etienne et responsable du département « Management responsable et Innovation » au sein de l’Institut Henri Fayol.

Titulaire d’un doctorat (Université de Reims Champagne Ardenne, 2001) et d’une habilitation à diriger des recherches (Université de Bretagne Occidentale, 2008) en sciences de gestion, ses travaux portent sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) dans le contexte des PME et l’accompagnement entrepreneurial, notamment par des stratégies collectives. Ses recherches sont menées au sein du laboratoire Coactis (EA 4161). Elle travaille actuellement sur la transformation numérique dans les entreprises et ses impacts sur les nouveaux modes de management et les nouvelles frontières organisationnelles, notamment dans le cadre de l’Académie Franco-Allemande pour l’Industrie du Futur en coopération avec la Technische Universität München (TUM).

 

A propos de Mines Saint-Étienne

Forte de 200 ans d’histoire, Mines Saint-Étienne est implantée sur deux campus, à Saint-Étienne, site historique et à Gardanne en Provence. École interne de l’Institut Mines-Télécom, sa mission est d’accompagner le développement de ses étudiants et de répondre aux besoins des entreprises grâce à une gamme de cursus élargie et des domaines de recherche avancés.

Elle évolue dans un contexte international, s’appuie sur de nombreux partenariats universitaires, scientifiques, industriels, tout en étant pleinement intégrée aux politiques de site. Organisée en 5 centres d’enseignement-recherche et un centre de culture scientifique, technique et industrielle, l’École développe ses activités dans 6 domaines d’excellence : Procédés/Énergie, Matériaux, Génie industriel, Environnement, Microélectronique et Santé. Elle compte 430 personnels et 1800 étudiants (formations d’ingénieurs, masters, doctorats et mastères spécialisés).

X
X