Pour un agenda vert de l’enseignement dans les Grandes écoles et les Universités

La pandémie COVID-19 a révélé l’urgence de changer nos organisations pour qu’elles soient plus résilientes et tournées vers la prise en compte des enjeux environnementaux. Dès lors, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche doivent plus que jamais réfléchir à la mise en place d’un agenda vert de l’enseignement, tourné vers les Objectifs de développement durable fixés par l’ONU.

 

La crise de la COVID-19, une opportunité pour accélérer l’éducation au développement durable

Avec la crise de la COVID-19, les Grandes écoles et les universités ont une occasion unique de reconstruire leurs offres de formation de sorte à les orienter vers l’enseignement des Objectifs de développement durable. Une vision post-COVID-19 doit viser à transformer radicalement les systèmes économiques inéquitables qui sont à la base de la crise socio-écologique que nous sommes en train de vivre.

Dans le « Monde d’après », les organisations chercheront de plus en plus des jeunes diplômés avec des compétences écologiques et capables de catalyser la transformation technique et sociale devenue indispensable dans un contexte de changement climatique. Nous prônons ainsi la mise en place d’un agenda vert de l’enseignement qui constituerait un programme d’apprentissage vert dans lequel chaque approche contribuerait à résoudre un aspect différent de la crise climatique dans l’esprit des accords de Paris, c’est-à-dire à travers le prisme de la justice et de l’équité.

 

De nouvelles compétences nécessaires pour une transformation verte

Les métiers du futur seront des emplois verts. De nouvelles compétences sont donc essentielles. Pour cela, il est indispensable de fournir aux étudiants des formations spécifiques visant à améliorer leur capacité à lire, décoder et agir sur les grands enjeux socio-économiques et environnementaux soulevés par le réchauffement climatique. Le programme à la fois critique et interdisciplinaire, doit analyser les limites de l’économie actuelle pour proposer des modes de création de valeur alternatifs et plus vertueux d’un point de vue social et environnemental. Au travers d’une éducation au développement durable (EDD), on développerait ainsi les compétences cognitives et socio-émotionnelles qui peuvent être « portées » comme une paire de lunettes vertes, aidant les individus à prendre des décisions plus écologiques et à adopter des comportements plus responsables dans une grande variété de contextes.

 

Les établissements d’enseignement supérieur sont-ils à la hauteur de l’action en faveur du climat ?

La réponse à cette question serait « peut mieux faire… ». Certes, même si récemment il y a eu des améliorations significatives dans la prise en compte des enjeux de développement durable dans les enseignements, il convient encore d’accélérer la machine, car la planète n’attend pas ! Il faut rompre avec le statu quo et apporter la résilience et la capacité d’adaptation à un système qui est aujourd’hui non durable. L’éducation a un rôle transformateur important à jouer pour amorcer les changements de mentalité nécessaires. Et ce rôle ne doit pas se cantonner à enseigner ces principes aux étudiants, il doit aussi être tourné vers la formation des décideurs politiques et des parties prenantes des entreprises dont les niveaux de connaissances en matière de développement durable sont très variables. Dans tous les cas, la place est désormais aux jeunes pour mettre en œuvre cette transformation. A eux de montrer le chemin à leurs aînés !

 

Sébastien Bourdin, professeur en géographie économique à EM Normandie

 

A propos de Sébastien Bourdin

Professeur en géographie économique à l’EM Normandie, doyen délégué de la faculté. Titulaire d’un doctorat en géographie de l’Université de Rouen Normandie, il enseigne les questions liées au développement durable et à l’économie circulaire, aux politiques publiques, au développement territorial. Spécialiste de l’Union européenne. www.sebastienbourdin.com

 

A propos de l’EM Normandie

Fondée en 1871 parmi les premières grandes écoles de commerce françaises, l’EM Normandie s’est imposée comme une institution de référence dans le monde des Business Schools. Elle est accréditée EQUIS et AACSB. L’EM Normandie forme, sur ses 5 campus de Caen, Le Havre, Paris, Dublin et Oxford, les managers de demain, futurs gouvernants responsables préparés à la conduite du changement, dans un environnement multiculturel et elle accompagne les salariés et dirigeants d’entreprises tout au long de leur carrière. www.em-normandie.com

X
X